[DÉFOULOIR] Pas-homophobes

Nous sommes en 2017 et les choses sont plutôt simples. Dans le monde il y a les homophobes, celles et ceux qui te tapent et qui t’insultent, qui défilent contre tes droits et qui mettent leurs enfants LGBTQ à la rue. Et puis il y a les gentils, les pas-homophobes : celles et ceux qui trouvent ok que tu puisses te marier et qui t’acceptent dans leur cercle de potes.

D’ailleurs, on les aime bien en général. La plupart du temps.

Parfois, les hétérosexuel·le·s ont une petite notoriété et comme ils/elles ne sont pas-homophobes, ils/elles tentent d’« expliquer » au monde pourquoi l’homosexualité existe.Parce qu’ok, c’est quand même pas très normal d’être comme ça mais, ouf !, ça s’« explique ». Et d’ailleurs quoi de plus pas-homophobes que d’aller scruter nos glandes comme si on était des rats de laboratoire réductibles à quelques hormones ?

Certain·e·s font des efforts pour nous rendre visibles et même créer des personnages (attention c’est choquant)… de lesbiennes ! Mais bon, le droit chemin se rappelle à elles : faut quand même coucher avec des mecs.

Évidemment, tous·tes les hétéros que tu connais ne sont pas célèbres et ça ne les empêche pas d’être ravi·e·s d’apprendre que tu viens d’emménager avec ton copain. Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ta copine ? (« mon copain ») Et ça va, elle trouve pas ça trop dur ? (« IL ! »)

Quel meilleur ressort comique de dire qu’on pourrait être homos ? Deux mecs en couple, c’est forcément lol.

Les hétérosexuel·le·s pas-homophobes sont souvent tolérant·e·s : ils/elles incitent à « embrasser qui vous voulez » et n’hésitent pas à « jouer sur l’ambiguïté ». Car quel meilleur ressort comique de dire qu’on pourrait être homos ? Deux mecs en couple, c’est forcément lol.

D’ailleurs, le coming out aussi c’est lol : pourquoi ne pas en faire pour de faux ? Nous mêmes on se marre à chaque fois qu’on en fait un (juste après la trouille de se faire insulter/taper/licencier).

Puis ils et elles t’aiment au fond. Tellement que cette hétérosexuelle à qui tu n’as rien demandé peut te dire que tu pourrais lui plaire « si t’étais un vrai mec », puis te répéter en boucle que « c’est vraiment dommage » en insistant  lourdement pour montrer qu’elle t’apprécie. Bon, on sait toujours pas ce qu’est « un vrai mec » mais on comprend que même tout le masc4masc du monde ne réussira pas à te faire rentrer dans la catégorie.

Faut comprendre aussi que ça ne les concerne pas du tout. D’ailleurs leurs enfants ne peuvent pas être homo. Si toi à 16 ans t’as eu un passage (bon, ok, il dure un peu), le petit Matéo, 3 ans et demi, il ne peut être qu’hétéro et d’ailleurs il a déjà chopé Zoé à la maternelle regardez c’est trop mignon ça sera un tombeur plus tard.

Non mais à part ça, à part ces petits détails, ces micro-agressions, ces moments quasi-quotidiens où on te rappelle que, non, tu n’es pas et ne sera jamais dans la norme, on les aime ces hétéros. D’ailleurs, quand, plus courageux·se·s ou moins fatigué·e·s que d’habitude, on ose leur fait remarquer que ce qu’ils/elles viennent de dire est un petit peu, juste un petit peu, insultant et, qu’invariablement, on te répond que « ça va », « c’est de l’humour », « c’est pas méchant », que ça ne peut pas être insultant puisqu’ils et elles ne sont « pas-homophobes », alors là un flot particulier d’amour se dégage…

 

Laisser un commentaire