Beautiful Skin : la soirée qui libère les corps

Il y a quelques mois, j’ai eu l’opportunité de participer à la soirée Beautiful Skin, derrière le bar. C’était ma première expérience en clubbing naturiste et, même si je n’étais pas, moi, totalement nue puisque dans le staff, j’ai eu un sacré choc. Après 15 ans de taff en club – hétéro et queer – je n’avais jamais vu une ambiance et une clientèle pareilles. Des gens super gentils entre eux et avec le personnel, respectueux les un.e.s des autres et de leur environnement, attentifs aux distances de sécurité et aux limites de chacun, globalement moins alcoolisés/sous prod que d’habitude…Bref, un autre monde qui s’éclate tranquillement à poil, au bois de Vincennes quand il fait beau, au Klub la nuit ou à la salle de beach volley en mode apéro (!!) de la Sand Fabrik.

Mon ami Jérémie qui organise, avec son collectif, ces soirées, évoquait la possibilité future d’une Beautiful skin non mixte sans mecs cis. Je trouve l’idée extra mais avant qu’on s’attelle à l’orga, je pense qu’il faut essayer de déconstruire les très légitimes craintes et préjugés de la commu à l’idée de danser, à poil, avec des inconnu.e.s.

Aussi, comme j’ai croisé des têtes amies à deux de ces soirées, je les ai interviewé.e.s pour qu’ils et elles en parlent mieux que moi. Promis, personne n’a été menacé. Ni payé.

Témoignages croisés en réponse à 5 questions.

x

Comment as-tu découvert la Beautiful Skin ? Qu’est-ce qui t’a convaincu.e ?

Dans mon flamboyant panel, de nombreuses personnes sont arrivées à la BS … puisqu’invitées derrière les platines : c’est le cas de Linda, Gaëlle, Markus, Maic et Matthieu. À part Markus, nos 4 DJ n’ont pas eu besoin d’être convaincu.e.s pour se mettre à poil ! À l’aise avec leur corps, elles et il avaient déjà soit participé à des apéros naturistes en intérieur ou extérieur, soit posé nu.e dans le cadre pro, soit tout simplement aimé se mettre à poil et ne sont ni bouleversé.e.s ni dérangé.e.s par la vision de corps nus étrangers. Maic précise quand même que n’être ni grosse, ni trans, par exemple, facilite probablement le fait de se mettre à poil. Ju, lui, n’est pas venu à la BS pour mixer mais pour soutenir sa partenaire, ce qui est vraiment gentil. Quant à Markus, des conversations avec des potes déjà adeptes de cette pratique et sa connaissance de l’Île du Levant l’ont convaincue de se lancer et d’aller performer à cette soirée un peu spéciale ! Yann, enfin, de la Maison Bergamote, fait partie des déjà convaincu.e.s, il adore se mettre tout nu !

De quoi avais-tu peur avant d’y aller ?

Deux groupes se dessinent nettement face à cette question.

Pas vraiment d’appréhension pour Maic, Gaëlle, Yann et Matthieu nos routard.e.s de la nudité (idée de tatouage 2022). À l’aise de suite, pas ou peu de craintes, à part peut-être, pour Markus, que les questions de propreté et de promiscuité inquiétaient un peu. Bref, cette partie du panel n’avait pas peur de grand chose. Gaelle, qui aime bien se promener à poil, avait juste…peur d’avoir froid. Heureusement les salles sont bien chauffées !

Linda en revanche, ne connait que trop le harcèlement et les comportements déplacés en club, en soirées queer comme hétéro. Elle avait entendu parler du caractère bienveillant et respectueux en termes de consentement du mouvement naturiste mais appréhendait quand même les mauvais traitements.

Ju, s’il avait aussi eu de bons retours sur cette soirée, était vraiment stressé et mal à l’aise avec l’idée d’être nu en public. Il craignait surtout les regards sur son corps, lui qui, en tant que mec trans, a choisi de ne faire aucune opération et portait, il y a encore peu de temps, un tshirt pour se baigner. “J’aime mon corps hybride tel qu’il est mais j’ai peur du regard straight qui le verrait peut-être comme monstrueux. La perspective d’être entièrement nu avec plein d’inconnu.e.s me terrifiait, moi qui galère même simplement à la plage”. Mais c’était aussi important pour lui de dépasser ses appréhensions :“je voulais quand même tenter et affronter mes peurs”. Badass.

Combien de temps ça t’a pris pour te sentir à l’aise ?

Une fois sur place, Linda a trouvé les gens… “plus respectueux que lorsqu’ils sont habillés”. Je la rejoins sur ce point : la nudité obligatoire (à l’exception des personnes qui ont leurs règles, qui peuvent garder le bas) rend chacun.e plus vulnérable. Même une tape sur l’épaule prend un tout autre sens lorsque tout le monde est à poil, du coup on ne se touche pas ou différemment ! Linda confirme : “J’étais pas sûre que ça allait être comme ça mais en fait y a une ambiance plus respectueuse. Bien sûr il peut y avoir quelqu’un qui déborde, comme dans n’importe quel contexte, mais j’ai trouvé les gens plus respectueux que lorsqu’ils sont habillés”. Même si elle sait se défendre, elle a trouvé que les gens la regardaient moins et autrement qu’aux soirées classiques. Elle conclut en expliquant que “ce n’est qu’une question de minutes [pour être à l’aise], tout le monde est à poil et personne ne regarde les autres pour des raisons spécifiques”. Je suis assez d’accord : je n’ai finalement jamais regardé autant les autres dans les yeux qu’à cette soirée !

Pour Ju, passés la trouille et le shot d’adrénaline qui va avec, c’est la surprise. Il s’est rapidement senti dans son élément : Personne ne reluque, les regards restent au niveau des yeux. Il y a une multitude de corps, de morphologies, cela aide vraiment à se sentir à l’aise. Beaucoup de personnes présentes sortent des normes de beauté hégémoniques et se montrent à l’aise nues cela fait énormément de bien et c’est franchement beau. Tout le monde était très respectueux, personne n’a fait de remarque sur mon corps trans.” Il ajoute : “Il y a quelque chose de particulier dans cette ambiance c’est difficile à décrire mais être nu semblait si naturel pour tout le monde que cela le devient pour soi-même aussi”.

Nos routard.e.s de la nudité publique quant à elleux se sont immédiatement senti.e.s comme à la maison ! Si Maic était stressée par sa prestation, le reste lui a semblé assez naturel. Markus a été vite rassurée sur les questions d’hygiène et mise en confiance par l’équipe du lieu, qui met les moyens pour que tout le monde se sente bien. Etre à poil à Paris a semblé un peu décalé à Matthieu mais il a vite oublié et s’est amusé.  Quant à Yann, il est à l’aise partout, ça compte pas !  Enfin, Gaëlle était rapidement détendue, mais a trouvé le passage au vestiaire un peu weird. Ju confirme : c’est “le seul moment gênant, le déshabillage et rhabillage en public, bizarrement, comme si ce moment en lui même était plus intime que le fait d’être complètement nu”). Pour vous rassurer, c’est mon mec qui fait le vestiaire. Vous allez voir, il est gentil et surtout, il est mal à l’aise, lui aussi. Très. En toutes circonstances.

Qu’est ce qui t’a surpris.e. ?

L’univers de la soirée, où qu’elle ait lieu, a conquis tout le monde. Maic a apprécié “une ambiance assez chou, ludique – les peintures fluorescentes pour le corps, mises à disposition, ont eu pas mal de succès et c’était joli ces traces lumineuses dans l’espace semi obscur du Klub il y avait un level de défonce clairement plus bas que d’autres soirées, et une certaine attention portée aux façons d’interagir”.

Lorsque la Beautiful Skin se déroule dans la salle de beach volley, la Sand Fabrik, les voix sont unanimes. Markus, Matthieu et Gaëlle en parlent : “ambiance colonie de vacances”, “le volley-ball nu.e.s sur la plage de la Sand Fabrik à 3h du matin en buvant du pastis dans la lumière bleutée de la salle était absolument magique. On jouait assez mal, on ne voyait pas grand-chose mais c’était incroyable et vraiment nouveau. Ca participait à créer du lien entre les invité.e.s de la soirée”, “vraiment génial d’avoir les pieds dans le sable, les uns jouant au volley pendant que les autres dansent !! On était complètement ailleurs !!”, bref c’est l’été à Pantin la nuit et ça change de d’habitude, qu’il s’agisse du cadre ou de l’atmosphère.

Côté ambiance justement, que du positif dans les interviews :  “les gens sont tout gentils et ça rend vulnérable et sympa d’être sobre et à poil dans un hangar”, “la bienveillance” des participant.e.s à la soirée, “plus de joie”, “plus de respect”, “des interactions plus naturelles”, “moins de défonce” que dans les soirées habituelles. C’est exactement ce que j’ai vu…Moins de chope aussi, on n’est vraiment pas là pour ça, la nudité n’est pas sexualisée, ce n’est pas du tout une sexparty ! La BS n’est pas kinky, elle est naturiste :  pas de harnais, pas de jockstrap, rien de tout ça, c’est nu, uniquement nu, obligatoirement nu. Seul accessoire autorisé : la petite pochette transparente pour les clopes et la CB et dont le cordon est à mettre autour du cou, de l’épaule ou de la taille, comme on veut. Le côté transparent permet, par ailleurs, de vérifier que tout le monde a bien laissé son portable au vestiaire. Markus confirme la confusion fréquente naturisme/sexualité et ajoute une petite astuce : “Lorsque tu dis soirée naturiste, on pense à une soirée sexe. La BS n’est pas ce type de soirée. Tu viens, tu enlèves tout et très vite tu oublies que tout le monde est tout nu… L’avantage est que si tu renverses ta bière tu peux te laver direct et rentrer chez toi les vêtements propres !!.On reconnaît son côté pratique et on adore.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui hésiterait à venir pour la 1ère fois ?

Tout le monde le dit : il faut venir accompagné.e ! C’est plus facile à plusieurs néophytes de surmonter la peur en se serrant les coudes et en parlant de ses appréhensions. Ju en témoigne :. “Ça aide, de s’encourager ensemble, d’être intimidé.e.s ensemble, et de se soutenir à se libérer de notre stress et de nos complexes ensemble”,

Un autre conseil est revenu plusieurs fois : essayer de dédramatiser ! L’orga est là pour veiller à ce que tout le monde se sente en sécurité, à l’aise et d’après nos témoignages, ça marche : “Quand on est à poil, au début ça peut faire un peu bizarre mais si tout le monde est nu après tout le monde s’en fout !  C’est un bon endroit pour être à poil une première fois” (Linda). Le côté “sain” de la soirée a aussi été évoqué par plusieurs participant.e.s. Bio, le naturisme ?

Est ce que tu vas y retourner ?

C’est un oui général pour notre équipe de Beautiful skinners! Maic est (comme moi, et je dis pas vieille, hein, juste couche-tôt) fan des soirées qui commencent à 19h, aussi préfère-t-elle aller à celles qui se déroulent à la Sand Fabrik, les pieds dans le sable. Il y en a une dimanche soir ! Yann, Matthieu et Markus qui y sont déjà allé.e.s plusieurs fois, compteront aussi sûrement parmi les prochain.e.s participant.e.s car “c’est libérateur”. Ju et Linda sont partant.e.s également. Enfin, Gaëlle ira aussi certainement bientôt, lors d’un de ses nombreux allers-retours à Paris.

Quelques petits mots pour finir, qui parlent bien de cette belle soirée :

Matthieu : “Même si j’ai un corps assez normé, j’ai reçu une éducation très tradi et extrêmement pudique, et ai grandi en intériorisant beaucoup de honte de mon corps. C’est propre à chacun mais personnellement le naturisme m’a aidé à me libérer de tout ça”.

Linda : ‘La musique est trop cool, tout le monde est à poil, ça drague respectueux, je pense que c’est la soirée où les gens sont vraiment bienveillants, je m’amuse beaucoup plus. Pour moi c’est une des meilleures soirées à Paris en ce moment. […] J’aime beaucoup sortir, parfois je dois un peu me forcer ou faire en sorte d’être accompagnée pour me sentir en sécurité – même des soirées queers- y a que dans celle la que, mixte pourtant, je me sens en sécurité totale et je m’amuse de ouf à cause de ça.”

Ju : “C’était une super belle expérience pour moi, incroyablement libératrice. Et au final tout semblait absolument normal. Je ne m’attendais pas à danser cul nu en étant aussi à l’aise que dans n’importe quelle soirée. Avec en plus le plaisir de l’air sur la peau, la sensation de légèreté absolue et l’incroyable wholesomeness de l’ambiance et des personnes présentes. Rarement vu un tel rassemblement de personnes aussi mignonnes et gentilles depuis longtemps.

Donc oui hâte d’y retourner.”

Ça donne envie !

La prochaine Beautiful Skin aura lieu ce dimanche 24 avril, à partir de 19 heures et jusqu’à 1h, en mode apéro dans la salle de beach-volley de Pantin, Sand Fabrik, 45 rue Delizy.
Dj set, Beach Volley, Restauration, Cookies, Stands, Flash Tattoos, Performance, stands de paillettes…   5 euros en prévente et sur place.  Plus d’infos ici
La prochaine version club se tiendra le 6 mai, au Klub, 14 rue St Denis, à Châtelet, à partir de 00h et jusqu’à 5h. 13€, en prévente (conseillé) et sur place.   Toutes les infos ici
Roxane: Caution fem radicale
Autres articles au top
Leave a Comment
Articles récents

Nous utilisons des cookies