Sortir de l’hétérosexualité ?

Sortir de l'hétérosexualité, festival féministe à Paris organisé par "Des sexes et des Femmes"  par juliet drouar

J’ai rdv avec Juliet.te un lundi en fin d’après midi. Iel se définit comme une “personne militante et féministe devenu.e gouine et trans”, crane rasé, T-shirt “Dyke”, binder, bouteille de rosé. On est là pour nous parler du festival qu’iel a créé et organisé cette année avec l’aide d’Imen & Tamar à la programmation et de Juliette & Lila (gouinement lundi) pour le volet sonore (le podcast “Adieu monde hétéro” est d’ailleurs déjà dispo ici). On notera que toute l’organisation est bénévole.

On se souvient avec émotion de l‘édition 2018 qui avait renversé 59Rivoli en réunissant une vingtaine d’artistes autour de la dénaturalisation du concept de « femme », du désalignement genre/sexe et des mécanismes de domination.

Festival queer féministe : des sexes et des femmes au 59 rivoli - Juliet Drouar
Festival des sexes et “des femmes” #1 en 2018 59 Rivoli – Photo : Gaëlle Matata
Festival queer féministe : des sexes et des femmes au 59 rivoli - Juliet Drouar
Juliet.te Drouar : Des sexes et des femmes #1 – 2018 – Photo : Gaëlle Matata

Cette année, changement de thème avec « Sortir de l’hétérosexualité ». Tandis que je réfléchis à la tenue de notre entretien, je me demande : faut-il sortir de l’hétérosexualité ? Tout le monde peut-il sortir de l’hétérosexualité ? Comment faire ? Je me souviens des réactions de mes copines hétéras, à peine évoqué le sujet. Il faut dire qu’il peut y avoir confusion lorsqu’on est peu initié.e.

L’hétérosexualité qu’est-ce-que c’est ?

Juliet précise : « Ici on parle d’hétérosexualité en tant que système politique qui a été mis en place, et ce n’est pas du tout entendu en tant qu’orientation sexuelle (si tant est que ça existe). Ici, avec hétérosexualité, on parle de cette organisation de nos vies de manière normative et constitutive de l’oppression des femmes et des hommes cis (car cela permet de les mettre en miroir toujours dans un rapport de domination) ».

  • Il induit que chaque femme doit passer sa vie avec un homme = binarisation des sexes, construction en miroir des injonctions au féminin et au masculin.
  • On parlera aussi de l’hétérosexualité de l’intime qui toujours pour instaurer un rapport de domination, érotise la violence patriarcale, apprend aux femmes à désirer la soumission.
  • C’est également un système familial mononucléaire d’habitation qui structure l’habitat et ne permet pas de lutter contre les violences.

Ce thème n’est-il pas radical ?

Quel parcours pour sortir de l’hétérosexualité ?

Lorsque je l’interroge sur un éventuel parcours pour sortir de l’hétérosexualité, m’imaginant des sauts d’obstacles et des passées de témoins, Juliet suggère plutôt « la littérature féministe et l’organisation de rencontres dans des espaces en mixité choisie sans mecs cis dans lesquels nous pourrions nous retrouver et nous rendre compte en toute bienveillance des oppressions. Un soutien entre gouine et hétéras, des groupes de parole ! »

TIPS de lecture féministe starter-pack du festival

Retrouvez tous les tips de lecture féministe sur le compte Instagram du festival

Hétérosexualité et organisation du travail

Juliet : « L’hétérosexualité permet le capitalisme qui s’organise autour du travail gratuit (ou presque) de certaines et certains, par exemple celui des femmes. L’homme a un salaire pour le travail de production, mais les femmes ne sont pas payées pour le travail de reproduction (dépendance organisée/gratuité organisée). Le résultat c’est qu’aujourd’hui le taux de précarité des femmes seules à la retraite augmente chaque année .

Il faut négocier un salaire de reproduction pour toutes !

Au lieu de ça, un marché ultra-capitaliste du travail reproductif (le ménage/les soins des enfants/ des malades/des personnes âgées) s’est installé et ce travail est assuré principalement par des femmes pauvres issues de l’immigration post-coloniale de manière sous-payée et exposée aux violences des conditions de travail et patriarcales. Cette organisation permet à certaines femmes souvent blanches/diplômées/classe moyenne de pouvoir déléguer une partie du travail reproductif et d’ainsi mieux négocier l’égalité dans le cadre de leur couple. Elle sont donc plus indépendantes mais au prix de la vie d’autres femmes.

On comprendra que l’hétérosexualité normative quadrille et instaure la domination et ne pèse pas de la même manière sur les unes et les autres.

L’ambition du festival c’est aussi de montrer que d’autres types de vies et d’orientation sexuelles sont des propositions pour aller vers d’autres systèmes. Les gouines par exemples ont réfléchi au système politique hétérosexuel, à ce qu’il implique et aux autres solutions car elles en sont exclues. »

Tout ça nous a mis l’eau à la bouche ! Hâte de découvrir tout ce que qu’on peut améliorer et déconstruire dans une démarche anticapitaliste et hédoniste.

LE VERNISSAGE DE L’EXPO qui lance le festival aura lieu le mardi 24 septembre au 59 RIVOLI, on s’y voit ? Voici un teaser composé de plusieurs œuvres présentées.

Un festival soutenu par Acceptess-T
Photo Affiche : Spengler Vanda
Création Graphique : Marie-Violenceville-anonyme.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.