Creepy Sisters : Polychrome et Manifesto XXI s’associent

Le 28 avril prochain, les crews de Polychrome et de Manifesto XXI s’acoquinent pour organiser une soirée comme une ode à la sororité déviante sobrement intitulée Creepy Sisters. On sait bien que le 28 avril, c’est notre kermesse anniversaire, mais on n’a pas trouvé meilleur after à notre petite fête dans tout Paris. Manifesto XXI et Polychrome vous expliquent pourquoi.

Friction : Manifesto XXI, Polychrome… Est-ce que vous pouvez nous rappeler qui vous êtes ?

Coco (Manifesto XXI) : Manifesto XXI est un magazine en ligne mené par le collectif Manifesto. Nous sommes une trentaine de rédacteurs, journalistes et artistes émergents, souhaitant promouvoir des contenus de qualité sur Internet. Depuis quatre ans, Manifesto déniche et soutient les nouveaux talents et évolue dans la scène alternative et queer. Notre média laisse une liberté de ton totale à ses journalistes et collaborateurs. Nous croyons beaucoup en la culture de l’indépendance.

Alex (Polychrome) : nous sommes une association culturelle, réunissant tout un tas de profils, du.de la designer au.à la curateur.trice en passant par le thèseux en anthropologie, une universitaire.. on organise des conférences, des projections, des visites d’expo, des ateliers, des articles, des soirées autour de trois axes: le corps, le désir et le genre.

Nous sommes une sorte de plateforme d’expression pour des formes de représentation minoritaires ou invisibilisées, dans les marges…

Comment vous est venue l’idée de vous associer le temps d’une soirée ?

Coco (Manifesto XXI) : Nous recherchons des personnes avant-tout chaleureuses, humaines, avec le souci de la qualité mais avec le sens du partage. Avec Polychrome on a trouvé ça, c’est peut-être parce qu’on a fait connaissance lors d’occasions très festives dirons-nous, ce qui a facilité les choses. C’était assez spontané et on avait la même envie de bouger la scène queer, de faire la fête mais aussi de mettre l’artistique vraiment au centre (par exemple en misant sur des live et des artistes venus d’ailleurs que Paris voire de France et avec très peu de moyen de communication à disposition). On voulait prendre des risques je pense. À deux c’est plus simple.

Alex : Manifesto est un beau media, qui arrive à faire le grand écart entre des sujets mainstream et d’autres complètement souterrains, ce positionnement est intéressant pour nous qui essayons aussi à notre manière de montrer au plus grand nombre une culture et des pratiques encore dans l’ombre.

Creepy Sisters … C’est important, la sororité ? ça veut dire quoi pour vous ?

Coco (Manifesto XXI) : La sorcière a été réhabilitée comme icône féministe ces derniers temps, je pense notamment aux militantes du Witch Bloc qui ont rendu ce phénomène visible. Pour une soirée féministe et queer, donc littéralement “déviante”, la sorcière avec son lot de mystère était le symbole parfait. La sororité est un espace inclusif, safe, un mot qui fait échos à l’importance du collectif. Nous sommes deux collectifs qui se rencontrent, comme deux systèmes solaires, et notre public, nos lecteurs, vont être partie de cette grande messe joyeuse. On peut le voir comme-ça.  

Alex: Ya sis’ !

C’est pour ça que vous faites la part belle aux artistes féminines ?

Coco (Manifesto XXI) : Bien sûr. Chez Manifesto XXI, nous sommes presque exclusivement des femmes. On n’a pas fait exprès, mais c’est comme-ça, on s’entraide. C’est pas simple d’être journaliste musical quand t’es une fille. C’est pas simple d’être musicienne non plus.

Alors on tient à soutenir les artistes féminines que nous aimons, même si nous restons ouverts à tout le monde, on se doit d’être objectifs et pluriels.

Alex : ça a toujours fait partie de ce qu’on programme chez Polychrome, ça a été conscientisé depuis maintenant longtemps, c’est un choix qui aujourd’hui fait partie de notre instinct.

D’ailleurs, à qui doit-on la programmation pour cette soirée ? Comment avez-vous procédé pour cette collaboration ?

Eléna (Manifesto XXI) : On a organisé un brainstorming pour faire émerger des noms qu’on avait repéré ces derniers temps et qui nous semblaient bien refléter nos identités, qu’on souhaitait faire découvrir à notre lectorat/public, tout en prenant en compte des paramètres plus pragmatiques aussi évidemment. De là sont sortis cette programmation ; Cienfuegos et Succhiamo sont des propositions Polychrome, Mila Dietrich et Safia Bahmed-Schwartz des propositions Manifesto XXI, et nous connaissions bien également en commun Sentimental Rave, ainsi que Cassie Raptor et Front de Crypte qui font partie de Polychrome.

Alex: Rien à ajouter, si ce n’est que Cienfuegos, on est vraiment hyper heureux de le reçevoir, c’est un artiste incroyable et rare, qui vient de brooklyn, ne le ratez pas!

Vous vous installez au Trabendo pour cette soirée, pourquoi avoir choisi cet endroit-là ?

Alex: Pour l’espace et la qualité du son! Venez, vous verrez! C’est vraiment une des meilleures salles de Paris selon moi, c’est ouvert, avec de la hauteur, on respire, et il y a un super petit espace extérieur, on espère qu’il fera doux le 28!

Si vous deviez ne donner qu’un seul argument pour nous pousser à venir, ce serait quoi ?

Eléna (Manifesto XXI) : C’est un one shot, tu soutiens deux collectifs qui se battent pour l’alternatif et l’indépendance, le système son est foufou, la prog est underground, majoritairement féminine et originale, la salle est grande, Manifesto XXI vendra en exclu ses nouveaux fanzines, y a un espace extérieur, et en bonus tu peux te caler dans le Parc de la Villette pour le before apéro ! (tu vois il y a bien plus qu’un seul argument !)

Coco (Manifesto XXI) : 8 euros en prévente et 10 sur place, c’est un prix inclusif et un deal honnête. Et puis c’est le printemps, pourquoi irait-on s’enfermer dans une cave alors qu’on a tout un parc autour et le canal pas loin ?  Et je conclue : nous allons dévoiler notre fanzine fait en collaboration avec Bettina Rheims, avec une toute nouvelle DA par Juliette Jouis de Maupeou. Je pense que notre public va vraiment apprécier.

Alex: Polychrome propose depuis plus de deux ans des progs pointues , rien de ce que tu pourras voir en clubbing classique, et surtout, on essaye de mettre un peu un coup de pied dans la fourmilière en proposant une majorité de Lives qui viendront semer le trouble dans une nuit qui sera tout sauf monotone ! Et pour appuyer ce que disait Coco, 10euros sur place c’est vraiment donné au regard de la qualité du plateau, je crois que pour ce samedi, on aura sûrement ce qui se fera de plus original en clubbing sur Paris 😉

Laisser un commentaire