La rentrée littéraire #4

La rentrée littéraire revient en cette fin de mois de février. Au menu, de la révolte, de la jeunesse, une vraie histoire de cœur, une plongée avec les désabusés des années 90, une pointe de ségrégation et 12 enfants dans les années 20. De quoi calmer (ou exciter) vos ardeurs avant de partir pour mars. Bonne lecture les Spocks !

 

Les Anges à part, Elie Treese

 

Les-Anges-a-part

Les Anges à part, est un roman digne de Faulkner qui aurait sauvagement copiné avec Mark Twain. Prenez Tom Sawyer, appelez le Franck, mettez lui une clope au bec et un flash de whisky dans chaque main, accompagné de Carabi, Gros Cul et La Buse ils réinventent la révolte contre les adultes tout en jouant aux grands façon Louis Pergaud ! Poignant, d’une qualité littéraire hors pair, Elie Treese nous tient en haleine pour ce fabuleux conte moderne. Juste génialissime, point.

 

Réparer les vivants, de Maylis de Kérangal

reparer-les-vivants

Simon, 17 ans, revient d’une virée en surf avec ses deux potes au petit matin. Leur accident et l’impact irréversible sont le commencement d’une course contre la montre.
Un cœur comme personnage principal, une transplantation cardiaque en ligne de mire, Maylis de Kérangal frappe un grand coup! Son écriture sublime ce sujet pour le moins sensible ; ses phrases suivent le rythme des battements de cœur de l’accidenté et nous laissent chancelant, ivre de mots et sous le choc d’un tel talent d’écriture.

 

 

 

Better, John O’Brien

Better, John O'Brien

On nage en pleine aventure philosophique. Ç’aurait pu être une histoire de Platon, de ses disciples, … qu’on aurait volontairement balancé en plein Los Angeles, dans une villa luxueuse perchée sur la colline d’Hollywood. Platon aurait détrôné David Duchovny dans Californication et donnerait des cours fortement inspirés par Bret Easton Ellis et Charles Bukowski. Entre 2 litres de vodka à 6h du matin et quatre parties de jambes en l’air, des réflexions sur ces désabusés des années 90, de leurs notions des libertés, toutes vouées à un final aussi fascinant que chaotique !

 

Les Douze tribus d’Hattie, de Mathis Ayana

douze-tribus-hattie

Hattie est une femme, une mère, une noire américaine ayant fui le sud pour le nord plus « civilisé ».
Hattie aura douze enfants, autant de destins qui viendront arpenter le XX° siècle et une nation : l’Amérique.
Un magnifique premier roman à la fois social et poétique qui vous racontera Hattie à travers douze histoires, douze enfants, douze tribus.

 

 

 

Sélectionnés par la librairie « L’ouvre boîte » (Paris 10) nous espérons que ces 4 livres raviront quelques-uns de vos instants.

L’ouvre boîte

20 Rue des Petites Ecuries

75010 Paris, France

Horaires : 11:00 – 20:00

Tél : 01 48 00 01 47

ouvre-boite-librairies

Laisser un commentaire