LGBTI pour les exilé-es : quelles actions pour quels besoins ?

Au mois de février, nous avons organisé une réunion entre militant-es LGBTI et structures d’accompagnement et d’accueil de personnes migrantes. L’enjeu de cette rencontre était de cerner au mieux les besoins réels des associations qui soutiennent les exilé-es. Nous avons voulu ouvrir des espaces de discussion et d’échanges pour prendre notre part dans cette lutte, a fortiori dans le contexte de la loi Immigration qui est venue porter un nouveau coup aux droits des migrant-es. Nous avons eu la chance d’entendre le témoignage de Riadh, un jeune réfugié algérien, que nous avons rencontré avec les équipes de Néon. Mais la soirée nous a aussi permis de mieux cerner ce que l’on pouvait faire pour soutenir les structures qui oeuvrent au quotidien aux côtés des exilé-es. Chacun-e peut s’investir à la hauteur de ses possibilités : on récapitule.

De l’argent !

Les structures qui accompagnent les personnes migrantes sont plus ou moins subventionnées. Mais toutes ont besoin de fonds pour mener à bien leur action. Ainsi, tu peux contribuer en donnant :

Le Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants (le BAAM) propose différentes actions à destination des exilé-es : cours de français, permanence juridique, loisirs et activités culturelles pour créer du lien social… Faire un don au BAAM : ici

Shams France accompagne les personnes migrantes arabophones. L’association organise des temps de rencontre et d’échanges. Faire un don

Paris d’Exil est une association qui fait de l’accompagnement social et propose des cours de français mais aussi des permanences juridiques. L’association accompagne les migrant-es dans leurs démarches administratives par exemple. Faire un don.

WATIZAT est une association qui édite un guide gratuit et en plusieurs langues à destination des exilé-es et milite ainsi pour un meilleur accès à l’information. WATIZAT organise aussi des formations à destination des bénévoles des organisations partenaires pour permettre à tous-tes d’accompagner au mieux les personnes qui sollicitent de l’aide. Faire un don

La MIF (Militant·es pour l’Interdiction des Frontières) est une association d’activistes luttant pour l’abolition des frontières et l’accueil inconditionnel de toutes les personnes migrantes. Faire un don

L’association ETAPE agit pour la santé mentale des personnes exilées en proposant des consultations psychologiques, des groupes de parole, des activités socioculturelles et de sensibilisation. Faire un don

L’Ardhis (Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans à l’immigration et au séjour) a pour objet de faire reconnaître les droits au séjour et à l’asile des personnes homosexuelles et trans étrangères, que ces droits soient fondés sur l’existence d’une vie en couple avec des ressortissant·e·s français·e·s ou avec des étranger·e·s résidant de manière durable en France, ou bien sur la protection demandée au motif des persécutions que ces personnes ont subies ou risquent de subir dans leur pays du fait de leur orientation sexuelle ou de genre. Faire un don

Le Front Habitat Lesbien œuvre à l’accueil de lesbiennes et des personnes trans dans des conditions d’hébergement décentes. Faire un don

Les Dégommeuses est une équipe lesbienne de foot qui lutte contre toutes les formes de discrimination et s’engage aux côtés des migrantes, mais pas seulement. Contacter l’association.

La Maison des coursiers accompagne les luttes des livreurs en leur fournissant des espaces de repos mais aussi de conseil et de soutien, notamment juridique et administratif.

Des bénévoles

Toutes les structures présentes ont fait part de leurs besoins en forces vives : elles sont constituées d’équipes majoritairement bénévoles et les besoins sont toujours plus importants, l’administration ayant tendance à se décharger sur les associations.

Tu veux donner des cours de français ? Plusieurs structures sont en recherche de bénévoles, il n’y a pas besoin de compétences particulières pour le faire. Tu peux contacter le BAAM, Paris d’Exil ou le réseau Alpha.

L’association Shams France pour les personnes originaires du Maghreb recherche quant à elle des bénévoles arabophones. Si tu as des connaissances en droit, Shams a également besoin d’un-e juriste pour connaître les dispositions légales, notamment dans le contexte de la loi Darmanin.

Tu peux participer aux maraudes de Paris d’Exil, WATIZAT par exemple.

L’association ETAPE a besoin de psychologues mais aussi d’interprètes

Un réseau

Les organisations ont besoin de pouvoir se rencontrer et échanger mais également de s’inscrire dans des dynamiques collectives. Il est important de constituer une réseau de personnes motivées pour accompagner les exilé-es, de quelque façon que ce soit. Toutes les volontés et les initiatives sont les bienvenues. Que ce soit pour aider ponctuellement pour une maraude ou accueillir une personne migrante, ne serait-ce que temporairement, tu peux t’investir à hauteur de tes possibilités et envies. Nous avons créé un espace d’échanges sur Telegram : rejoins-nous ! Une idée pour t’investir dans l’accompagnement des migrant-es ? Tu fais partie d’une structure dont nous n’avons pas parlé ici ? Fais-nous en part en nous écrivant à hey[at]friction-magazine.fr !