On a lu “Touchées”, la nouvelle BD de Quentin Zuttion

Alors que le lancement de Touchées, la nouvelle BD de Quentin Zuttion aura lieu ce soir, mardi 17 septembre, à la Librairie de Paris, nous avons échangé quelques mots avec l’auteur.

Nous avions déjà eu la chance et l’immense plaisir de découvrir la bande-dessinée et nous avions été ému.e.s aux larmes par la justesse du propos et la délicatesse du traitement qui est fait du processus de dépassement d’un vécu traumatique. Quentin Zuttion, en déroulant en parallèle les histoires de trois héroïnes, Lucie, Tamara et Nicole, interroge la façon dont se reconstruisent ces femmes au moyen d’ateliers d’escrime thérapeutiques.

D’emblée, c’est l’évolution du trait et la douceur des images qui frappent lorsqu’on ouvre cette bande-dessinée. Très peu de texte et de couleurs dans les premières planches, mais la violence d’une lame de couteau dans les mains de Lucie, l’une des protagonistes. Une scène diurne, en couleur celle-ci, arrache le personnage à l’obscurité pour la plonger dans le quotidien. C’est cela aussi voire surtout que dit cette bande-dessinée. Quentin Zuttion explique : “Ce qui m’importait dans l’écriture, c’était surtout le quotidien, le domestique, et comment la violence l’a parasité. Comment on regarde/touche son enfant ? Comment on parle à sa mère ? Comment on se fait de nouvelles amies ? Comment on baise avec son petit-copain ? Comment on danse ? Comment on fait la vaisselle ? Comment on sirote un verre en terrasse ? Comment on se met au lit ? Comment on raconte une histoire ? Comment on voit une adolescente jouer à la piscine ? Comment on est face à la personne qui nous a fait du mal ?” 

Quelques pages plus loin, les parcours des héroïnes se croisent et s’entrelacent dans les vestiaires d’un atelier d’escrime thérapeutique.  Vincent, le “maître d’arme” est accompagné d’Eva, une thérapeute. Ensemble, ils vont petit à petit permettre à ces femmes de se réapproprier leurs corps et d’extérioriser la violence dans laquelle elles étaient enfermées. “Quand on a été victime de violences, il y a un double enfermement : dans les mots et dans la peau. Ouvrir la première cage est souvent déjà une lutte insurmontable, alors la deuxième… Les violences sont faites au corps et ce corps mémorise. Cette mémoire se traduit ensuite différemment chez chaque personne.

Vos corps parlent, écoutez-les” dit Vincent, le professeur d’escrime. C’est bien de cela qu’il s’agit ici : écouter les corps. 

Pour écrire Touchées, Quentin Zuttion a beaucoup échangé avec Violaine Guérin, qui travaille pour l’association Stop Violences Sexuelles et a ouvert les ateliers d’escrime thérapeutique. Alors que ses précédentes bandes-dessinées étaient des auto-fictions, Quentin Zuttion, pour Touchées, a dû effectuer un important travail de recherche qui est visible dans la précision du vocabulaire qu’il emploie. Même s’il s’agit évidemment d’une métaphore que l’auteur file tout au long de l’oeuvre, il fallait que les ateliers soient cohérents avec la réalité. L’auteur dit, d’ailleurs : “Ne pas être directement concerné par un sujet invite à l’écoute et l’empathie” et cette empathie se lit à chaque page de la bande-dessinée, à la fois très juste et très émouvante. Pourtant, Touchées n’est en rien larmoyante (même si l’on verse quelques larmes), comme en témoigne la scène, extrêmement sexy, de lap dance sur fond de Britney Spears. On sourit parfois et on accompagne ces femmes dans la libération rendue possible par l’escrime. Et c’est cette variété d’émotions par lesquelles passent les lecteurices qui fait de Touchées un petit chef d’oeuvre à mettre entre toutes les mains. 

Touchées sort le 18 septembre aux éditions Payot.

Lancement de Touchées, 17 septembre, Librairie de Paris, 75017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.