Drag queen au-delà des genres

Le succès de RuPaul’s Drag Race, diffusé en France sur Netflix a participé à la popularisation des drag queens. La scène parisienne et française regorge de queens talentueuses, qui s’avèrent majoritairement être des mecs cis gay et, depuis le début de l’aventure Friction, nous avons eu l’occasion à plusieurs reprises de vous les présenter et de parler des shows où vous pouviez les croiser. Moins connus, les drag kings, majoritairement des meufs cis, quant à eux interrogent les représentations sociales de la masculinité. Moins connu·e·s encore, les femmes et agenres qui choisissent d’être drag queens pour jouer avec les codes de la féminité. Aujourd’hui, nous avons rencontré trois meufs et une personne agenre pour mieux comprendre leurs démarches : Morphine Blaze, Rose Fistedepute, Elliana Wise et Flammen Touche

Chacun.e de ces artistes a une façon de présenter son drag qui lui est propre. Morphine Blaze mélange make-up drag et make-up SFX (celui des effets spéciaux) pour créer un personnage drag un peu horrifique et gore. Elle associe des choses mignonnes, « féminines » avec des make-ups sanglants pour casser justement le côté mignon. Elliana Wise, quant à elle, se présente comme « un être qui porte la voix des autres et profite d’avoir l’attention sur elle pour faire passer des messages. [Elle] essaie d’avoir une dimension politique dans [ses] performances ». Pour Flammen Touche, son drag est exubérant, too much, éclectique.  Rose Fistedepute, elle, explique que son drag est débutant, trébuchant : « Je suis encore en exploration. Pour l’instant j’essaie de dégager quelque chose de sensuel, drôle, sensible, sexy, timide et espiègle. »

Femme drag queen : Morphine Blaze par Fleur Elahee
Morphine Blaze © Fleur Elahee

De RuPaul’s Drag Race aux soirées queer parisiennes 

Lorsqu’on leur demande comment iels sont arrivé.e.s au drag, chacun.e a un parcours à part, souvent lié à la rencontre de drag queens dans des soirées telles que la Jeudi Barrée ou la regrettée House of Moda. Fatigué.e.s d’évoluer dans des soirées hétéros souvent perçues comme anxiogènes du fait du sexisme qui y règne et du traitement réservées aux personnes perçues comme femmes, les queens que nous avons rencontrées ont vu dans les soirées queer un havre de paix (relatif). Morphine Blaze nous raconte : « J’ai connu Drag Race assez vite mais je pensais que cela se passait exclusivement aux États-Unis, et que personne ne regardait Drag Race en France. À cette époque je ne pensais pas à faire du drag moi-même car je ne le voyais même pas comme une possibilité. Quand j’ai commencé à sortir en soirée queer, j’ai croisé pas mal de drags et je me suis dit “wow, mais ça existe en France aussi !” […] Ensuite j’ai rencontré Sativa [Blaze] et je me suis tout de suite reconnue dans son drag et ça m’a donné envie de me lancer vraiment. » Ces drags ont des mothers, à l’instar de Morphine : c’est Mirage pour Flammen Touche et Rose Fistedepute parle de @catinduweb comme de sa « mom-manager », dans la mesure où celle-ci ne fait pas du drag elle-même mais qu’elle lui donne des astuces niveau make-up, tenue et performances… 

Femme drag : flammen touche par Jean Ranobrac
Flammen Touche © Jean Ranobrac

C’est aussi souvent la découverte du milieu de la nuit queer qui a été déterminante. Qu’iels se définissent comme bi, pan ou encore hétéro comme Rose Fistedepute, les rencontres en soirées queer ont eu un impact important dans leur parcours. Elliana Wise raconte que tout a commencé devant son miroir, à se maquiller en s’inspirant de looks qu’elle voyait sur Instagram, alors qu’elle vivait encore dans le Sud de la France où elle n’avait pas encore eu l’occasion de fréquenter le milieu queer : « C’est en arrivant à Paris en septembre 2018 que j’ai fait la connaissance de Morphine Blaze, j’allais la voir à ses shows, j’ai fait des photos d’elles et d’autres drag queens et kings. Morphine voyait mon intérêt pour le drag et m’a encouragée à commencer en me disant que le milieu manquait de meufs. Faisant du théâtre, de la danse et me maquillant souvent, j’ai adoré performer. »

Se réapproprier les codes de la féminité 

Alors que de plus en plus de meufs (notamment féministes ou gouines) performent en tant que drag kings, ces artistes-là ont fait le choix de jouer avec les codes de la féminité, telle qu’elle est véhiculée par la société. Cette démarche permet d’avoir une réflexion sur ce que signifie être perçue en tant que femme dans une société hétéropatriarcale. 

Rose Fistedepute © Margaux Laurens Neel

Pour Morphine Blaze, il n’est pas exclu de faire du king mais en tant que drag queen, elle peut jouer avec les attentes de la société quant à sa propre féminité. « Quand on entend depuis petite qu’il faut être plus féminine, mettre plus ou moins de makeup, des talons, des jupes courtes mais pas trop courtes, être mignonne… Là je montre que je peux être en soutif, avec 5 couches de make up, des talons de 25 cm et balancer des têtes coupées pendant mes perfs, et je demande l’avis de personne. » Rose Fistedepute, elle, revient sur ses origines. Elle explique venir d’une famille colombienne qui s’inscrit dans une culture où l’image des femmes est sacralisée : « La danse est omniprésente. J’ai appris à danser sur du reggaeton dès mes 10 ans avec mes cousines. À ma manière j’essaie de donner vie à un personnage féminin qui transmet autant la sensibilité, la sensualité que l’humour des femmes latino-américaines. » Le drag permet à Flammen Touche d’accepter sa féminité tout en étant agenre. Iel aime jouer avec les codes de la féminité et se réapproprie une certaine image de la féminité pour en construire un personnage fort, fearless, sex positive, tout en sortant des clichés. C’est un peu la même démarche que prône Elliana Wise : « Je pense que [le drag est] une opportunité de se ré-approprier les codes par lesquels nous avons été écrasé.es durant des années, les associer à des apparences moins conventionnelles et montrer qu’être une meuf, ce n’est pas seulement des longs cils et des des talons hauts, mais avant-tout une puissance et des convictions. De plus, dans l’espace public je ne suis pas forcément très à l’aise avec mon corps, alors qu’en drag queen, je sais que je peux oser beaucoup et un vieux mec ne viendra pas me toucher. »

femme drag queen

Un make up nude ou un grand trait d’eye liner ne suffit pas à être en drag, et la plus grande appréhension de Morphine Blaze serait qu’on lui demande si elle est en drag ou pas. Le fait que l’on puisse penser qu’il y a moins d’efforts à fournir pour faire du drag quand on est pas un mec les pousse à davantage travailler leur make up, leurs tenues ou leurs performances. Pour Elliana Wise, l’objectif principal n’est pas de ressembler le plus possible à l’image de la femme idéale, telle qu’elle est construite par la société, mais plutôt de mettre en avant des talents en maquillage, en théâtre, une créativité et de faire passer des messages politiques.

S’intégrer dans le cercle fermé des drag queens 

Iels performent dans les clubs, les bars ou encore les scènes ouvertes aux côtés des autres queens parisiennes, notamment des mecs cis gays, qui les ont parfois soutenu.e.s et encouragé.e.s à faire du drag. On a pu les voir à la Screen Queens, la Drag Me ou encore à la finale du Dragathon, en ce qui concerne Rose Fistedepute, qui apprécie le soutien qu’elle reçoit de la part de drag queens qui la bookent ou lui donnent des conseils make up qu’elle qualifie elle-même de « wake up » tant son drag est débutant et fébrile. L’accueil qui leur est réservé tant par les autres queens que par le public est souvent bienveillant. Toutefois, iels reconnaissent qu’il est parfois difficile de se faire sa place dans un milieu encore assez fermé. Netflix en diffusant Drag Race a permis de rendre le drag plus visible, attirant un public plus mainstream mais qui se fait une idée assez précise et restreinte de ce que devrait être une drag queen. Depuis quelques temps, Morphine Blaze explique que certaines remarques qu’elle n’entendait pas auparavant sont de plus en plus répandues : « On me dit que les femmes n’ont rien à faire dans ce milieu, que c’est beaucoup plus facile pour nous de “faire la femme” (ce qui pour moi est une définition particulièrement réductrice du drag, mais bon, chacun sa définition), que si je veux faire du drag, j’ai qu’à faire du king etc. » Ces artistes sont parfois perçu.e.s comme étrangers.ères au milieu du drag, comme n’y ayant pas leur place — place que l’on peut logiquement interroger, dans la mesure où l’on peut penser que les gays qui performent en tant que drag queens se réapproprient l’image d’une féminité qu’on leur reproche pour la sublimer et la performer. Il s’agit ici d’une démarche sinon similaire mais complémentaire : il s’agit de jouer avec la féminité telle qu’elle est construite socialement, c’est-à-dire au travers des injonctions qui pèsent sur les corps des femmes pour en jouer dans une démarche d’empowerment, « avec une approche de meuf dans une société patriarcale », résume Elliana Wise. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.