« Follow the night » : rencontre avec la nouvelle queen de la pop, Sam Quealy

Temps de lecture : 4 minutes

Sam Quealy est un tour de force créatif. Écrivant des chansons, dansant, chantant, se produisant sur scène et organisant ses propres expositions d’art, cette artiste énigmatique est impossible à codifier ou à limiter à une seule forme d’art. Après avoir parcouru le monde en tant que danseuse, travaillant de Hong Kong aux Philippines en passant par l’Amérique, Sam s’est installée à Paris pour étendre sa voix créative. Il y a peu de terrain que cette artiste aux multiples facettes n’ait pas encore exploré. À l’occasion de la sortie de son nouveau single « Follow the night » et dans l’attente de son EP qui est annoncé pour le 20 mai, nous l’avons rencontrée.

© @madame_ette

Peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Sam Quealy. Chanteuse, autrice-compositrice, danseuse et artiste australienne. 

Tu as de nombreuses cordes à ton arc. Comment parviens-tu à combiner toutes ces facettes dans tes créations ?

J’ai toujours été intéressé par de multiples formes d’art. Ma formation en danse, par exemple, m’a vraiment inspiré pour commencer à faire de la musique que je voulais danser ou interpréter. De même, avec la mode, j’imagine un personnage dans ma tête et cela peut ensuite inspirer la façon dont ce personnage marcherait, parlerait, chanterait et agirait. Tout cela coexiste.

Quelles sont tes influences ? Tu es notamment très proche du groupe La Femme…

Mes principales influences sont les femmes fortes comme Madonna et Marlene Dietrich. Je suis également très inspirée par

Luisa Casati qui a vécu sa vie comme une performance à outrance. Je travaille aussi beaucoup avec La Femme – j’adore leur esprit et leur attitude punk et, ayant grandi près de la plage en Australie, nous avons une mentalité similaire à celle de la « culture surf ».

Tu as dit que votre musique, c’était « Jessica Rabbit dans une rave ». Pouvez-vous expliquer ?

C’est à la fois glamour, trash et hardcore. J’imagine Jessica Rabbit dansant sur de la techno quand on écoute ma musique.

© @marlonmagnee

Tu vas sortir un nouvel EP. Retrouve-t-on les mêmes éléments que dans tes précédents titres qui combinaient pop, gabber et dance ?

Oui, l’EP sortira le 20 mai. Il comprendra des titres existants et d’autres nouveaux. Techno, pop, électro pop, dance – c’est difficile à codifier.

Tu es également inspirée par la balroom scene de New York. Quelle est l’importance de la liberté de la culture des balrooms pour toi ?

La balroom m’a vraiment ouvert une porte. La communauté m’a permis d’embrasser ma sexualité, mon individualité et mon expression. Cette communauté a beaucoup de sagesse et de pouvoir.

 Dirais-tu que tu es une artiste engagée ? Peux-tu nous parler de tes projets futurs ? Te verra-t-on sur scène en France ?

Je suis définitivement une artiste engagé. Je viens d’une petite ville balnéaire en Australie et les arts de la scène n’étaient pas vraiment au centre des préoccupations là d’où je viens. J’ai l’impression d’être constamment confrontée à des défis (même maintenant, je reçois beaucoup de commentaires disant que ma musique est trop « underground ») mais je reste persévérante dans ma vérité et mon art et je continue à me battre. Je serai sur scène en première partie de La femme au Zénith en mai, suivi d’une tournée mondiale pour le reste de l’année – y compris une étape aux États-Unis que j’attends avec impatience. Mon premier album est en préparation et sortira début 2023 !

Sam Quealy sera en concert au Supersonic le 23 mai prochain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.