« insolente vacuité » symbolise l’irrévérence et l’autodérision qui sont les socles de l’édifice éditorial : rencontre avec Marine Alix

Temps de lecture : 4 minutes

insolente vacuité, basée à Lille, est une nouvelle maison d’édition qui aime les arts. Ses champs de prédilection sont la poésie, la littérature et les éditions d’artistes. La première édition d’insvac est Stupre, Suaire & Sang de Marine Alix. Dans cet ouvrage déroutant, l’autrice qui a une formation musicale s’oriente vers l’art de la formule et de la punchline corrosive. C’est elle également qui est à l’origine d’insvac. Nous l’avons rencontrée.


« La mélodie s’efface pour laisser place au verbe
Le son avant le sens
La vibration devient polysémique
L’allitération plus que l’assonance
La consonne percussive, reine avant la rime.
Voici pour la forme.
En ce qui concerne le fond, rien de nouveau
comme les choses humaines.
L’irrévérence d’une tribade qui aime le corps
. »

Marine Alix

Pouvez-vous nous présenter votre maison d’édition ? Quels ouvrages allez-vous éditer ?

Insolente vacuité est une maison d’édition d’écritures contemporaines (poésie, littérature, essais, illustrations, éditions d’artistes). Mon premier opus poétique est Stupre, Suaire & Sang. Les prochaines éditions seront :

Fange & Fulgurance, mon second opus poétique

• Un essai sur le lithium intitulé Lithium ShaLö de Mo Gourmelon

• Une édition de cartes postales de l’artiste Raphaël Boccanfuso

Racontez nous la genèse du projet. Comment naît une maison d’édition ?

J’ai suivi une formation musicale au conservatoire ainsi qu’à l’université.

Je travaillais à l’élaboration de chansons.

Et je me suis rendue compte que le texte m’importait davantage que la mélodie.

Le jeu des sonorités s’est déplacé vers la publication de textes.

J’ai toujours souhaité être indépendante.

J’ai donc créé insolente vacuité.

« insolente vacuité » est la première punchline dont j’ai assumé la paternité.

Elle symbolise l’irrévérence et l’autodérision qui sont les socles de l’édifice éditorial.

Comment choisissez-vous les auteurs•trices avec lesquel•les vous allez travailler ?

Ils sont à l’image d’insolente vacuité : précision, concision, irrévérence, autodérision.

Ils s’inscrivent dans le champ artistique.

Votre premier ouvrage est déroutant. Pouvez-vous nous en parler ?

Sur le fond, rien de bien nouveau.

Tout a déjà été dit depuis que l’homo sapiens s’est saisi du langage.

Le titre s’est imposé assez vite : Stupre, Suaire & Sang.

L’irrévérence d’une tribade qui aime le corps et évoque l’amour contrarié, la mort, le spirituel.

En ce qui concerne la forme, j’aime me saisir d’un vocabulaire désuet, ésotérique, hermétique, mélanger le populaire et le savant tel énoncé dans le domaine musical.

La vibration devient polysémique ce qui peut constituer des mélanges énigmatiques.

Mais le tout doit sonner, c’est l’essentiel : l’allitération prévaut sur l’assonance et la consonne se doit d’être percussive.

On pourrait parler d’un livre d’art ou d’artiste. Est-ce une direction que prend la maison d’édition ? Est-ce que cela correspond à un choix éditorial que l’on retrouvera par la suite ?

C’est une des directions prises par la maison d’édition.

Les arts contemporains sont mis en avant.

Est-ce que vous pouvez nous parler un peu de votre prochaine parution ?

Lithium ShaLö de Mo Gourmelon est un essai transversal sur l’utilisation du lithium dans le domaine culturel, économique et médical.

Mon second opus poétique Fange & Fulgurance est dans le sillage du premier.

ins_vac_bleu_circulaire-removebg-preview.jpg

instagram : @ins_vac

facebook : ins vac

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.