La misogynie de Joker est-elle importante ?

Temps de lecture : 10 minutes
Joker : un film misogyne ? Notre critique féministe - Friction Magazine

D’abord, il y a le fait que j’ai été « embauchée » pour faire des critiques féministes de cinéma. Je dis « embauchée » parce qu’évidemment c’est moi qui ai décidé que j’étais la bonne personne pour répondre à l’appel de la rédaction de Friction, et que j’ai envoyé une première critique d’Une fille facile.

La réalité, c’est que j’ai toujours fait ça : regarder des films en tant que femme (c’est bien ça faire de la critique féministe, non ?). Normalement, les gros blockbusters de super héros et dérivés, je ne les regarde même pas, c’est trop facile : ils sont misogynes. Ah non, c’est vrai, j’ai oublié, on a libéré les femmes aux États unis, il y a des films de super héra. C’est-à-dire, qu’elles peuvent aussi être flics ou dans l’armée. Wouhou ! Libération des femmes, année 46.

Sauf que – SAUF QUE. On me dit qu’il y a ce nouveau blockbuster de super méchant : « il n’est pas comme les autres » : « troublant », « bouleversant », « beau »… « GILET JAUNE ». A la cantine du boulot, des spécialistes du sujet me disent « rien à voir avec la masculinité » et « oh lalala ce moment où il danse là, sur les marches ! ».

Du coup, je suis allée voir Joker. Aussi parce qu’il pleuvait à Marseille. Si je n’ai plus la carte UGC de Sophia et que les déesses méditerranéennes ont amené la pluie sur Marseille, c’est qu’elles essayaient bien de me dire quelque chose. J’ai cru entendre une voix féminine à travers les gouttes de pluie qui chuchotait : « On va voir Joker ? … » (En vrai c’était mon amante sous la couette en grosse gueule de bois qui n’en pouvait plus de rester à la maison).

Du coup, je suis allée voir Joker. Quoi dire ?

Premièrement, chères lectrices, chers lecteurs, et autres, j’ai envie de dire que je regrette vraiment ne pas avoir mis en place mon dispositif révolutionnaire de faire la critique ciné sans avoir vu le film. Cela m’aurait évité de dépenser 8 euros et perdre 2 heures de mon lundi soir. En même temps, j’aurais écrit une critique radicalement différente de celle que je rédige à présent.

En vrai, je suis un peu allée voir ce film parce que des potes n’ont pas su répondre à ma question : Joker est-il misogyne ? Du coup je me suis dit, ma vie a du sens, j’ai des raisons pour écrire, j’irai voir le film pour répondre à cette question apparemment sans réponse. Préparez-vous donc pour la réponse. Joker est-il misogyne : OUI. Sans plus. Fin de critique.

Je déconne, bien sûr que je vais vous soûler maintenant avec mes raisons.

Pour ne pas dire que je suis virulente et que je problématise trop tout, il y a un point positif à être allée voir ce film. Il m’a réconciliée avec Laura. Je ne sais pas si vous vous rappelez de ma dernière critique, mais Laura a crû – ne me demandez pas pourquoi ! – qu’on n’était pas d’accord. Encore plus incroyable, il lui semblait que je l’attaquais sur certains points. Du gros n’importe quoi ! De toute façon, le conflit fait la politique, la politique fait les amitiés, tout va bien maintenant, on est absolument d’accord sur Joker :

Laura : c’est une révolte à laquelle on est clairement pas invité

Moi : Tout le monde est méchant, riches et pauvres, l’émeute est totalement vide de sens
Ça renforce le côté les révoltes c’est juste de la violence creuse
La violence des pauvres n’est pas différente de celle des riches

Laura : C’est une lecture de droite de la révolte
Au mieux social démocrate
Les sociétés devrait créer leur propre antidote à la folie mais oups on a coupé les fonds

Moi : Les flics ne sont même pas violents
La seule fois qu’ils tirent c’est pas hasard
Wayne est pas vraiment méchant, c’est la mère de Joker qui est folle

Laura : Ouiiiii
La figure de la mauvaise mère

Voilà, c’est notre avis. Je ne veux pas rentrer dans le débat sur le fait que le film est profondément nihiliste. Allez, c’est faux, j’ai très envie de vous dire : le film est très nihiliste. On ne sait pas vraiment pourquoi les émeutistes émeutent, à part un ou deux « tuez les riches » scandés à tout va. La réalité c’est que riches et pauvres sont également méchants dans le film, même la maman noire dans le bus est horrible, les jeunes racisés qui rouent Joker de coups, et ses collègues de travail. Par contre, Wayne n’est pas vraiment méchant : il ne ment pas, c’est la maman folle de Joker qui ment et qui abuse de son enfant (c’est quoi les services sociaux de Gotham qui redonnent un enfant abusé à l’agresseuse qui de surcroît est une mère adoptive. Le film va très loin pour que la maman soit la vraie méchante). Les flics non plus ne sont jamais vraiment méchants. Quand ils tirent sur des manifestants dans le métro, c’est par hasard et finalement c’est avec les flics blessés qu’on doit compatir. A la fin, ce n’est pas si différent, riches et pauvres abusent du pouvoir et de la violence, s’ils peuvent quand ils peuvent, et c’est ça l’histoire.

Les dernières trente minutes du film, j’ai joué au jeu : pourquoi les casseurs cassent ?  Pourquoi ils veulent tuer les riches, particulièrement ? On ne les a pas vu être pires que les pauvres, en vrai. Parce qu’il n’y a plus d’aides ? Parce qu’il y a la grève ? C’est clair que ce n’est pas en raison de Joker. Si la violence lui permet de sentir qu’il existe enfin, il ne s’en sert que « pour se marrer » (et la seule chose qu’il trouve vraiment drôle, qui suscite un rire qui n’est pas celui de sa réponse gênée, est la violence). Il le dit lui-même : ce n’est pas politique… Je suivais ainsi les autres personnages, dans les marges, je les regardais, j’avais envie qu’on mette le Joker de côté : eh, toi, pourquoi t’es dans la rue ? Alors, qu’est-ce que nous faisons là ? Qu’est-ce qu’elle est drôle, la violence. Et puis ? En relançant la discussion à la cantine ce midi, une camarade fait ce que je n’ai pas pu faire. Sans avoir vu le film, elle lance une bonne critique : il faut se confronter à l’enjeu du nihilisme dans nos propres milieux.

La critique de la « révolution » en Joker n’est cependant pas le but de cette critique. D’abord parce que le film, finalement, n’est qu’un film de comics et de Hollywood : il fait son taff, comment lui en vouloir pour ça ?

Sur la misogynie de Joker, à part la maman folle, je dois dire que zéro meuf survit à ce film. Je ne parle même pas de test de Bechdel. Il y a peut-être l’assistante sociale (qui je crois se fait bien buter, ce qui contrecarre complètement l’idée que Joker exerce une violence de classe, genre allo, une assistante sociale noire sans budget c’est pas à proprement parler la bourgeoisie), et la meuf dans le métro qui se fait emmerder par les gars de Wall Street. Cette dernière, en vraie, n’est qu’un recours faible de création d’empathie envers Arthur-qui-devient-Joker. En vrai, il s’en fout d’elle. Elle aussi de lui, d’ailleurs – quand Arthur Fleck fait son rire caractéristique, elle en profite pour se casser au plus vite.

Quand je parle de ne pas survivre, ce qui m’inquiète, en tant que « femme qui regarde un film », bien évidemment, ce sont les personnages de la mère et de la voisine. Si le sujet est la survie, surtout la voisine (est-elle nommée dans le film ?), non, elle ne meurt pas sur scène (comme aimerait Dalida). On n’offre même pas à ce personnage la dignité de connaître sa fin. Violée ? tuée ? On n’en sait rien… A quoi sert ce personnage ? Surtout à mettre en scène ce magnifique dialogue de « drague », parce qu’on n’a jamais assez de misogynie ordinaire :

« Bonjour, c’était bien vous qui m’avez suivie en cachette toute la journée ?

– Oui [sourire]

– Je vous attendais pour venir cambrioler mon appart’ [sourire]

– Héhé, en plus, tu sais, j’ai une arme

SOURIRE »

(Laura me dit : d’ailleurs, le coup de la relation avec un personnage qui n’existe que dans la tête du protagoniste, on n’a plus le droit de le faire au cinéma depuis Fight Club.)

Mais bon, c’est Joker, c’est un méchant, il s’agit de lui donner du contexte, comprendre « la montée de violence ». Ouais, bon, ok, comprendre la montée de violence. Celle qui se fait en « sauvant » Thomas Wayne d’être un connard et qui fait de sa mère une folle agresseuse… Agresseuse, donc, une femme qui est elle-même agressée, battue par son mec. Le film m’a définitivement perdu à ce moment. Je n’ai pas réussi à profiter des moments de « beauté de la révolte ». Pourquoi doivent-ils venir après l’assassinat de la mère ? Pourquoi cette femme est-elle la principale responsable de la situation et déclenche la transformation d’Arthur en Joker ? J’ai cru qu’après le témoignage d’Adèle Haenel pour Mediapart on avait interdit le principe de culpabiliser les victimes.

N’est-ce pas là la différence cruciale qui vide Joker de toute possibilité d’être vraiment « troublant » ? Qu’est-ce que ça change, deux ou trois cris de « tuez les riches » ? C’est un peu facile comme excuse pour convaincre que les révoltés veulent juste se marrer avec un peu de violence, non ?

Conclusion : si vous aimez des mecs faméliques qui dansent en costard acheté en fripe dans la rue, allez voir ce film ou, si vous n’avez pas les 8 euros, allez sur les marches du Sacré Cœur à 7 heures du matin un samedi. Moi, j’attends le film sur la maman de Joker : une meuf qui travaille comme domestique chez les Wayne jusqu’à ce que ce travail la rende psychotique, puis est abusée par son mec (qui abuse aussi de son enfant) et plus tard tuée par son enfant. Ça a l’air d’un gros succès de boxoffice, non ? On le montrera à la place du dernier Polanski, qu’on fera annuler de partout. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.