Lucie Antunes, une musique asymétrique et dansante

Temps de lecture : 3 minutes

Lucie Antunes fait une musique instrumentale mais vraiment percussive et entraînante. En live, elle est accompagnée de Jean-Sylvain Le Gouic (du groupe Juveniles) et Franck Berthoux. Avant son concert à la Maroquinerie jeudi 17 octobre, nous avons échangé quelques mots avec Lucie Antunes dont le premier album Sergueï est sorti le 4 octobre chez InFiné.

On a bien lu le dossier de presse, mais est-ce que tu pourrais nous présenter Sergeï en quelques mots pour qu’on y voie plus clair ?

Sergeï représente notre enfant intérieur, celui qu’on a tendance à mettre de côté à l’âge adulte. Il est toutes nos envies, nos émotions, nos ressentis et nos rêves. 

Tu as un parcours plutôt classique, voire conventionnel, aujourd’hui ton projet sort sur un label qui promeut une musique plutôt underground. Est-ce que tu peux nous expliquer comment tu as atterri chez InFiné(et CryBaby) ?

J’ai tout d’abord atterri chez CryBaby. A vrai dire, après mon parcours classique, j’ai pas mal tourné en tant que batteuse avec Moodoïd, Aquaserge, Yuksek et Susheela Raman. Cette période après conservatoire m’a faite faire de nouvelles rencontres très intéressantes et de fil en aiguille, je suis allée taper à la porte de Kill the Dj, un label que j’adorais. Stéphanie, une des femmes de ce label, a beaucoup aimé ma musique, nous nous sommes rencontrées avec ce qui devenait Crybaby (Stéphanie Fichard et Anaïs Ledoux) et grâce à elles, j’ai terminé la construction de cet album. C’est elles qui m’ont présentées Alexandre Cazac d’Infiné, label que j’ai toujours aussi beaucoup aimé. C’est une fierté de sortir mon album chez eux. 

© Pierre Andreotti

A l’heure où se développent encore plus les musiques électroniques, tu fais le choix d’une musique instrumentale. Est-ce que tu peux nous en parler ?

Je viens de la musique acoustique. Ce que j’aime, c’est transformer l’acoustique en électronique (je suis une grande fan de John Cage qui fabriquait de nouvelles textures sonores à travers des instruments acoustiques). Pour ce faire, je mélange d’abord des instruments acoustiques entre eux. Puis je rajoute des instruments électroniques pour essayer de créer de nouvelles textures électro-acoustiques. Ce que j’adore, c’est présenter une musique entièrement jouée sur scène qui sonne comme une musique électronique. 

Est-ce que tu peux nous parler de tes influences ?

Caribou, Matmos, Steve Reich, Sufjan Stevens, LCD sound system, Fever Ray, John Cage, Chostakovich, Debussy, Bach, The Knife, Charlotte Adigéry, Connan Mockasin, Austra, Haendel

On peut danser sur ta musique ?

OUI, c’est un fantasme peut-être mais j’ai essayé de construire une musique asymétrique et dansante. A vous de me le dire au prochain concert. Voulez-vous danser ?

Quels sont les prochains rendez-vous, pour toi ? 

La maroquinerie le 17 Octobre, L.EV Madrid le 20 Octobre, l’Iboat le 22 Octobre, le bars en Trans en Décembre, le 104 en Janvier (j’adore ce lieu, je rêve d’y habiter) et une tournée en 2020

Et tes futurs projets ?

Une version augmentée de Sergeï avec 7 musiciens et une scénographie de dingue…. 

Lucie Antunes, Sergeï, InFiné & CryBaby, sorti le 4 octobre 2019

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.