Poésie : “Déconstruction en instance” – 3. Attente

Déconstruction en instance est un cycle de neuf poèmes qui parlent d’une relation non-exclusive et questionnent la place que prend l’amour dans ces relations. Ecrits depuis une posture tantôt romantique, tantôt ironique, tantôt théorique (ou les trois à la fois), ces textes sont traduits du russe vers le français et inversement, dans un espace intérieur bilingue qui est celui de la migration et de l’exil. Sensibles aux espoirs, aux peurs et aux élans ratés, ils reculent plutôt qu’ils n’avancent, pour arriver à un point zéro, où tout est possible, mais plus rien n’a valeur de certitude. 

Les textes de Lena Smirno sont illustrés par Faust Lust Smiatek.

Illustration : Faust Lust Smiatek

Déconstruction en instance

 Neuf pas dans un (poly)amour

3. Attente

21h27
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends      Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Ou je ne t’attends pas ?
Je t’attends     ou je ne t’attends pas ?
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends     J’hésite, peut-être que je ne t’attends pas
Non, je t’attends      Non, je ne t’attends pas
Non, je t’attends      Non, je ne t’attends pas
Non, quand même je t’attends      Non, je ne t’attends pas
Je t’attends      Ou je ne t’attends pas ?
J’ai mal à l’épaule     Je ne t’attends pas
Je t’attends     Je ne t’attends pas
Je t’attends toujours     Je ne t’attends pas
Bruit de l’ascenseur     Je ne t’attends pas
J’entends des pas dans le couloir
21h33
Tiens, tu toques à la porte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.