Rassemblements en mémoire de Doona contre la transphobie et la précarité étudiante #CrousAssassion

Temps de lecture : 7 minutes

Mercredi 3 septembre, Doona, une étudiante trans de Montpellier s’est donnée la mort. 

Quelques heures avant le drame, elle aurait été menacée d’expulsion par le CROUS de Montpellier, à la suite d’une précédente tentative de suicide.  C’est le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) qui précise les circonstances du décès de Doona.  « Doona était logée à la cité universitaire Vert-Bois, et sa situation fragile, liée à sa transition et à sa situation précaire, était connue par les services du CROUS. » au regard des éléments rapportés par les proches de Doona et par Doona elle-même quelques heures avant sa mort, le SCUM a décidé d’interpeler le directeur du CROUS. Celui-ci a répondu en niant les accusations. 

Collage féministe  en mémoire de Doona à Marseille (c) Gaelle Matata
Collage en mémoire de Doona à Marseille (c) Gaelle Matata

Si le CROUS nie aujourd’hui ces accusations, de nombreux-ses étudiant-e-s appellent à se rassembler lundi devant plusieurs CROUS de France pour dénoncer cette situation. 

Dans son rapport 2020 SOS Homophobie rapporte que 42 % des actes de transphobie qui lui sont rapportés visent des femmes trans. Elles sont confrontées à la transphobie du corps médical et des institutions y compris scolaires. Cette transphobie des institutions a de graves conséquences sur la santé mentale des personnes trans, les poussant au suicide. 

Lundi soir à 17h, un rassemblement devant le CROUS de Paris est organisé.

Femmage à doona - collage féminicide
Collage à Montpellier

Nous reproduisons ici le texte d’Acceptess Transgenres et Solidaires Etudiants qui appelle à ce rassemblement :

[TW Suicide/Transphobie]

Suite au suicide de Doona, une étudiante transgenre de Montpellier victime de maltraitance médicale transphobe et de pressions du CROUS, nous appelons à des rassemblements devant le CROUS de Paris le lundi 28 septembre contre la transphobie et la précarité étudiante.

Il est temps de demander justice pour Doona, Anas, et tous-tes les autres victimes de la précarité étudiante et du Crous.

la transphobie et la précarité tuent - crous assassin de Doona

Rendez vous nombreux et nombreuses à partir de 17h devant le Crous de Port Royal pour un rassemblement pacifique.
Nous rappelons que cette manifestation n’est pas déclarée à la préfecture et qu’il est même interdit de se réunir à plus de 10 dans l’espace public. Une présence policière est à prévoir, prenez vos dispositions et sortez couvert.e.s ! https://paris-luttes.info/sortez-couvert-e-s-brochure-7492

Mercredi soir, Doona, une étudiante trans, a mis fin à ses jours à la gare Saint-Roch à Montpellier. Cette jeune femme avait déjà lancé plusieurs appels à l’aide sur les réseaux sociaux. De plus, ses problèmes étaient connus du service médical de l’Université Paul Valéry (médecin de la médecine préventive), et de l’hôpital Lapeyronie. Elle avait, en effet déjà fait plusieurs tentatives de suicide chez elle à la Cité Universitaire Vert-Bois, dont les équipes étaient au courant.

Lors de ses prises en charge à l’hôpital, elle a subi une maltraitance médicale importante due à la transphobie du personnel soignant, ce qui l’a poussée à s’enfuir avant d’avoir reçu tous les soins adaptés. Nous tenons à rappeler que la transphobie médicale institutionnalisée pousse nombre de personnes trans à ne plus aller consulter, que ce soit médecin généraliste ou urgences, ce qui nuit considérablement à leur santé ! Ça a été le cas de Doona qui depuis ces épisodes traumatiques à l’hôpital, n’a plus jamais voulu retourner aux urgences, alors que sa santé mentale se dégradait de plus en plus.

Suite à ces hospitalisations fréquentes, le CROUS lui a explicitement dit que si elle retentait de se suicider, ils lui retireraient son logement et ses bourses. Le jour même, elle mettait fin à ses jours. Encore une fois, l’État, à travers le personnel médical, maltraite les personnes trans. Il précarise les étudiant-e-s, dégrade leur santé mentale, parfois jusqu’au suicide. A travers la transphobie et la psychophobie institutionnalisées, l’Etat est directement responsable de la mort de Doona.

En effet, cette situation n’est pas isolée : de nombreux CROUS en France font pression sur des étudiant-e-s, le plus souvent discriminé-e-s par ailleurs. Nous pouvons prendre l’exemple du CROUS de Bordeaux, qui a délibérément ciblé des étudiant-e-s étranger-e-s pour refuser leur demande de renouvellement d’occupation, sans prendre en compte leurs situations financières et leur évolution due à la pandémie. À cela s’ajoutent d’autres pressions : mails insistants, changement de serrure…

Ces pressions sont à remettre dans un contexte plus global : celui de la libéralisation de l’Enseignement Supérieur et de l’injonction à la rentabilité des services du CROUS. Le but du CROUS n’est en effet pas d’aider les étudiant-e-s, mais d’assurer une rentabilité. Ainsi, il aide à les précariser, et va même jusqu’à cibler des étudiant-e-s particulièrement précaires, les poussant parfois au suicide, s’ils entravent cette course à la rentabilité.

L’État doit arrêter la course à la rentabilité du CROUS, qui a un bilan meurtrier. La précarisation des étudiant-e-s et les cadeaux offerts au privé, aussi bien dans l’Enseignement Supérieur que dans l’administration du CROUS, ne servent que les intérêts communs de l’État et de la bourgeoisie et doivent être arrêtés, au profit de la mise en place d’un plan de lutte concrète contre la précarité étudiante, en particulier celle des étudiant-e-s subissant par ailleurs une oppression systémique.

Nous exigeons que le CROUS de Montpellier et son directeur Pierre Richter reconnaissent leurs fautes et que soient prises au niveau national des mesures concrètes en urgence : la formation des personnels CROUS et hospitaliers aux questions LGBTI+ et relatives à la santé mentale, l’impossibilité pour le CROUS d’exclure les étudiant-e-s de leurs logements (avec la transformation des droits d’occupations en baux de droits communs), la création de cellules psychologiques non-mixtes LGBTI+ afin de rendre compte à l’administration des universités de la transphobie et de ce qu’il doit être fait pour y remédier, la création d’une commission contre les discriminations au CROUS, ainsi qu’un fond d’aide aux personnes trans ; et de manière générale, des moyens à la hauteur des besoins pour que les étudiant-e-s vivent et étudient dans des conditions d’existence dignes.
Suite à ces hospitalisations fréquentes, le CROUS lui a explicitement dit que si elle retentait de se suicider, ils lui retireraient son logement et ses bourses. Le jour même, elle mettait fin à ses jours. Encore une fois, l’État, à travers le personnel médical, maltraite les personnes trans. Il précarise les étudiant-e-s, dégrade leur santé mentale, parfois jusqu’au suicide. A travers la transphobie et la psychophobie institutionnalisées, l’Etat est directement responsable de la mort de Doona.

Nous demandons justice pour Doona, Anas, et tous-tes les autres victimes de la précarité étudiante et du Crous

Les autres rassemblements en hommage à Doona :

  • Montpellier : lundi 28/09 à 12h
  • Bordeaux : lundi 28/09 à 12h45
  • Strasbourg : lundi 28/09 à 12h
  • Lyon : mardi 29/09 à 12h
  • Le Mans : 8 octobre à 13h

A lire également l’article publié par Politis Après un suicide, les étudiants dénoncent la précarité et la misère

Découvrez / Aidez le FAST Fond d’Action Sociale Trans

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.