QUEERSTIONNAIRE #10 – Clémence Trü

Temps de lecture : 6 minutes

Inspiré à la fois de Proust et Pivot, la rédac de Friction Magazine a décidé de proposer son queerstionnaire à des personnalités qu’elle admire. Une façon ludique — on l’espère — de faire connaissance. Cette fois-ci nous avons invité une drag queen barbue que vous n’avez pas élue présidente de la République (vous regrettez maintenant, hein ?) : Clémence Trü. Une bonne façon de savoir où vous mettez les pieds avant de vous rendre à la Guinguette Discoquette du samedi 26 août au Gallia à Pantin.

© TOINE

1. Ton principal trait de caractère ?

Conne. Clairement, je suis toujours la meuf à l’ouest ! (Principalement à cause de mes origines bretonnes, je pense.) Mais j’aime être conne. Dans une société où il faut toujours être au top, la plus efficace, la plus intelligente, la plus drôle, ça fait vraiment du bien d’être conne parfois.

2. Ton principal défaut ?

J’avoue, j’ai tout le temps la flemme. Flemme de me maquiller, flemme de me coiffer, flemme de m’habiller correctement. En même temps, la flemme, c’est tellement bohème… Bon, par contre, quand il s’agit d’aller se pinter la ruche et de faire frissonner mon poumpoum short sur une piste de danse, je ne suis pas la dernière ! 😉

3. Ton occupation préférée ?

Dormir. Et jouer à la console. Je suis une vieille geek. Pire : une Nintend’hoe. Si je  pouvais passer ma vie dans mon lit ou dans Hyrule, ce serait le rêve. Sinon, j’adore faire la con sur un podium à la Discoquette, la soirée qu’on organise avec des copines. Venez ! [instant promo]

Totoro Clémence Trü Friction Magazine queer drag queen

4. Ce que tu voudrais être ?

C’est un peu triste à dire mais j’aimerais être une belle personne. Une passionnée. Quelqu’un qui se dévoue, entièrement dédiée à une cause. En fait, j’aimerais être une vraie militante mais je ne prends pas le temps de le faire (cf. question 2). C’est bien beau de dire qu’une drag queen est, par nature, un acte militant (et c’est très vrai, en soi). Mais, selon moi, ce n’est pas suffisant. J’aimerais en faire plus, beaucoup plus, pour la cause des LGBT+, des queers, des femmes, des migrants, de l’environnement… et tant d’autres ! Je ne me trouve pas à ce niveau-là. Faudrait que je me sorte les doigts du fût. 🍺

5. Le métier que tu n’aurais pas aimé faire ?

Hétérosexuel. Quoi, ils font pas ça pour payer leur loyer ? *choquée*

6. Ta drogue favorite ?

L’amour, bien-sûr ! Sous toutes ses formes. Et elles sont nombreuses : les câlins, les baisers, le sexe, la danse, les rires, le sper… Pardon.

7. Ton rêve de bonheur ?

À l’instant T : le sommet d’une colline, personne autour, juste un peu de vent dans les cheveux, le soleil qui tape, l’odeur des blés à la tombée du jour… Vous y êtes…? Okay, now, pay this bitch some holidays!

8. Quel serait ton plus grand malheur ?

Tu veux qu’on reparle des dernières élections présidentielles ?

9. Ton mot préféré ?

« La con ! » (souvent en parlant de moi).

Clémence Trü drag queen Friction Magazine

10. Le mot que tu détestes ?

Globalement, tout ce qui tient du jargon marketing (mon boy job). Quand on me parle de se faire un « call » pour parler des « next steps » et définir des « quick wins »… j’ai envie de m’enfoncer mes talons dans les yeux.

11. Le son, le bruit que tu aimes ?

Le bruit de la barbe quand on y passe les doigts (fonctionne aussi avec les poils du torse) CAUSE SHE’S A HAIRY QUEEN, OKUR?! Sinon, le bruit du patriarcat quand tu marches dessus en cuissardes.

12. Le son, le bruit que tu détestes ?

La fourchette qui crisse contre l’assiette. Ma misophonie pour ce son-là me pousserait au meurtre. Tout de suite après vient tout son provenant d’un orifice de facho.

13. Ton juron, gros mot ou blasphème favori ?

Wait for it… Hétéronormativité.

14. Ton héros/héroïne favori/te dans la fiction ?

Il y en a mille ! Mais globalement, toutes les figures féminines un peu bad ass qu’on trouve dans les comics, les jeux vidéos et l’heroic fantasy. Zelda (dans les derniers opus où elle est bien plus héroïque que le perso principal), Impa (OMG icône lesbienne), Samus, Lara Croft, Storm, Scarlet Witch… Omagad. Queens.

15. Tes héros/héroïnes dans la vie réelle ?

Les gens qui se battent pour ce qui les dépassent, qui ne s’arrêtent pas à leur petite personne, qui s’oublient pour aider les autres et faire avancer les causes. Toutes celles et ceux qui œuvrent pour un monde meilleur. Y a pas d’autres héroïnes ou héros, en réalité.

16. Une personne pour illustrer un nouveau billet de banque ?

Marsha P. Johnson, of course. Mais sur la liste, je mettrais aussi Divine, Harvey Milk, Laverne Cox, Christiane Taubira… Mais on pourrait tout aussi bien mettre la liste de toutes les personnes transgenres assassinées. Pour se souvenir.

Martha P. Johnson Clémence Trü Friction Magazine drag queen trans

17. Un·e créateur·trice que tu admires particulièrement ?

Honnêtement, je ne saurais pas en choisir un. La création artistique, sous toutes ses formes, me fascinent. Littéraire, graphique, digitale… Le théâtre, la peinture, la musique, le drag, l’architecture, le street art… Je suis admirative de l’effervescence imaginative de ces gens. J’aimerais être aussi inspirée.

18. Personnages historiques que tu méprises le plus ?

Je dirais tous ceux qui représentent les valeurs de conquête et d’ordre. Avec Napoléon et De Gaulle en tête, parce que c’est juste insupportable ce réflexe quasi-pavlovien des gens de droite à s’y référer EVERY FUCKIN TIME !

19. Les fautes qui t’inspirent le plus d’indulgence ?

Ont mon indulgence celles et ceux qui se trompent par ignorance, mais qui se rachètent par l’apprentissage. Se tromper, ça arrive à tout le monde. Ne pas vouloir comprendre, c’est impardonnable.

20. Ta devise ?

« Tant qu’y a d’la bite, y’a pas de limite ! » Non, ce n’est pas vrai. Enfin, si, mais y en a une autre : « On essaie, on échoue. On essaie, on échoue. Mais le véritable échec, c’est quand on arrête d’essayer. » (J’ai un peu honte mais je crois que ça vient du film Le Manoir hanté et les 999 fantômes…)

Retrouvez Clémence Trü à la Guingette Discoquette le samedi 29 août à partir de 14h au Gallia (Pantin) avec ses copines Victoria Lachose et Émily Tante et le DJ-résident-birthday boy Ixpé.

Entrée à prix libre : tout ce que vous donnez sera reversé au pôle LGBT+ du BAAM – Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrant·e·s.

 

Et Clémence Trü est aussi sur Instagram et sur Twitter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.