[REPORT] Rock en Seine se rebelle pour ses quinze ans

C’est la rentrée, on coupe les bracelets de ses festivals préférés pour faire bon chic bon genre aux yeux de tout le monde. Les trois journées de Rock en Seine continuent de rayonner une fois le bracelet rangé dans la boîte à souvenirs. Le dernier festival francilien de l’été, et non le moindre, affiche plus de 110 000 festivaliers au compteur de 2017 malgré la pluie et l’attentat de Rotterdam.

Soixante-dix huit artistes se sont enchaîné.e.s sur les six scènes suffisamment espacées dans l’herbe du Domaine de Saint-Cloud. Au programme de cette année, des habitué.e.s et des valeurs sûres (PJ Harvey, Franz Ferdinand, The Kills) aussi bien que de l’alternatif (Mac Demarco, Barbagallo, Girls in Hawaïï). Pour sa quinzième édition, les organisateurs/trices ont décidé de mettre les bouchées doubles et d’unir l’électro à l’esprit rock qui condense toute l’identité de ce festival. Fakear, Rone, The XX, Flume et Arnaud Rebotini en auront fait danser et chanter plus d’un.

On maintient l’esprit de famille avec l’espace Minirock dédié aux enfants et l’ouverture du Summer Camp pour libérer un peu les ados de la programmation paternelle. Cette année, Rock en Seine a revu son organisation en très grand avec des installations street art réalisées devant les festivaliers par les performeurs, l’Exposition Harcourt et ses portraits de stars façon Hollywood ou encore le paiement par mobile et en cashless.

© Gilles Scarella / Studio FTV

Pour les plus audacieux.ses, une attraction faisait grimper à 100 mètres de haut, bien accroché.e. sur son siège pour observer le festival et écouter les concerts comme personne. On aura fait le plein de vinyles et d’informations sur le monde de la musique au Village du Disque avant de visiter l’Abbé Road avec Valérie Pécresse. Un car qui présente l’insalubrité des logements auprès des festivaliers pour inciter à agir.

De l’action il y en aura eu, au nom d’un public détendu, cool et discipliné. La Première Seine et la Scène Ile de France relancent le pari des jeunes talents. On découvrait Feu ! Chatterton en 2014, on a rencontré Clara Luciani cette année. Une fête réussie dont les plus beaux concerts vous attendent sur CultureBox. La couverture médiatique époustouflante de cette année garantit un aperçu auprès de tous.tes, pour le plaisir des yeux et des oreilles.

Laisser un commentaire