Soutenons le droit à la non-mixité !

Nyansapo

 

Le collectif afroféministe MWASI organise fin juillet le festival Nyansapo. Ce festival est organisé en plusieurs espaces, comme le rappelle le collectif sur le descriptif de l’événement : un espace non-mixte pour les femmes noires (80% du festival) pour les débats et la construction d’une stratégie et d’un agenda politiques, des groupes de paroles, des réflexions sur les théories afroféministes et care, un espace non-mixte pour les personnes noires : dédié aux réflexions autour de la communauté noire, et les luttes afros, un espace non-mixte pour les femmes racisées (pour des échanges sur les féminismes décoloniaux) et enfin un espace ouvert à tou.te.s (avec des tables rondes, showcases et expositions).

Or, ce week-end, la LICRA, qui se présente comme les tenants de l’antiracisme en France, a tweeté son indignation face à la tenue de ce festival, en prétendant qu’il était “interdit aux blanc.he.s”.

Le poids des mots

Or, passer de “espace non-mixtes” à “interdits aux blanc.he.s” pose un sacré problème. Déjà, parce qu’il omet totalement le fait qu’il existe bien, pendant ce festival, des espaces ouverts à tou.te.s, un glissement qui montre une inattention au texte même. Les mots ont un sens, et on devrait pouvoir attendre de la LICRA qu’elle soit en mesure de lire attentivement… Ensuite (et surtout), parce que ce glissement montre l’obsession des antiracistes blanc.he.s à faire de ce militantisme leur pré carré. Le problème est d’autant plus grave quand les tweets mensongers de la LICRA sont repris par la maire de Paris Anne Hidalgo, qui s’indigne de cette prétendue interdiction et menace de faire interdire le festival, et même d’en poursuivre les organisatrices.

C’est quoi le problème?

L’an dernier, déjà, à deux reprises, l’antiracisme institutionnel français s’est indigné de la tenue d’événements en non-mixité pour les personnes et/ou femmes racisées : c’était à l’occasion du colloque Paroles Non Blanches, puis du Camp d’Eté Décolonial. Ces obsessions trahissent une vieille lubie post-coloniale qui consisterait à penser que les personnes racisées devraient être sauvées ou protégées par les Blanc.he.s, qui dès lors ne sauraient être exclu.e.s des débats. Ces obsessions trahissent la fragilité des dominant.e.s à l’encontre des minorités qui veulent s’organiser et penser leurs luttes de façon autonome. Ces obsessions trahissent surtout l’incapacité à remettre en question un privilège, en l’occurrence, le privilège blanc.

L’émoi qu’avait suscité le Camp d’été décolonial avait d’ailleurs amené de nombreux.ses militant.e.s blanc.he.s à signer un appel, sur Médiapart, pour défendre ce droit à la non-mixité. Voici ce que disait cet appel :

Nous savons, en effet, qu’il est essentiel que les personnes qui subissent une oppression puissent se retrouver, s’organiser comme elles le souhaitent, débattre comme elles l’entendent de leurs revendications et de leurs stratégies. Nous savons que l’autonomie est un préalable déterminant pour construire des réponses à l’oppression et aux discriminations construire des alliances avec celles et ceux qui ne subissent pas ces formes spécifiques d’oppression mais sont déterminé-e-s à les transformer.

De façon plus générale, comme le rappelle si bien Christine Delphy, il ne faut pas oublier que la non-mixité en milieu militant est une nécessité politique, un moyen de parvenir à l’auto-émancipation.

Parce que nous partageons cette idée, nous soutenons Mwasi dans l’organisation de ce festival.

 

* Nyansapo, du 28 au 30 juillet 2017 *

L’event Facebook

Le pot commun pour les soutenir

 

* Pour en savoir plus *

Les Cahiers du CEDREF« Préface à This Bridge Called My Back. Writings of Radical Women of Color, 1981 »

Buzzfeed« Les festivals et les réunions non-mixtes, à quoi ça sert ? »

Crêpe Georgette« Non mixité : l’agressivité des agressées »

Mediapart« De l’utilité de la non-mixité dans le militantisme »

Slate : « Comment (et pourquoi) des hommes deviennent-ils des militants féministes ? »

Mediapart : « Au camp d’été décolonial, les «racisés» plaident pour l’autonomie »

Contre-Attaques : « Camp d’été décolonial : qui a peur de la non-mixité et de l’antiracisme politique ? »

Les Mots Sont Importants« la non-mixité : une nécessité politique »

Laisser un commentaire