Spectres

Temps de lecture : 1 minute
Otto Steinert, « Ein Fussgnger » Bvd. St. Michel, Paris, 1952

Spectres

Tu marches sous l’œil froid de la lune

suivant des pas que tu connais

tu repenses à ta vie d’avant

et frappé de mélancolie,

déambulant de nuit t’interroges :

que reste-t-il de cette existence,

de cette personne,

                                         triste avatar

que tu as si vainement tenté d’être ?

– jour après jour, échec brûlant,

fantôme muet pantin blafard.

comment faire le deuil de sa vie,

de ses désirs empêchés,

de ses mensonges et de ses peines,

de toutes ses années volées ?

où ranger ces souvenirs troubles

qui appartiennent à quelqu’un d’autre

encombrants, faux, gris,

                                         contrefaits,

t’apparaissent si étrangers maintenant ?

ils sont l’écho d’un disparu

que tu as tout fait pour détruire

                       enterrer

                              effacer

                                         anéantir

des fragments de toi pourtant,

des spectres qui partout te suivent

à jamais irréconciliés

à jamais errant dans tes limbes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.