Vendredi 1e mars, c’est Chosen Family : une nuit en famille, à corps et à queer à la Station-Gare des Mines

On en a déjà l’eau au palais et le liquide à la peau : la prochaine Chosen Family et son line-up piquant (c’est peu dire) débarquent à la Station ce vendredi 1e mars. Déjà, la pénombre suffocante et libératrice d’une nuit déjantée et acide nous inonde les yeux de joie. Fêter, ensemble, enfin, (et dans le désordre) : la fin du pire mois de l’année, la possibilité d’une autre famille, et celle d’une autre nuit, tout court.
Le premier mars part en trombe sous l’étoile talentueuse de la famille choisie de GAMUT : le collectif de mode consciente et conscient basé à Paris, qui défend, à travers la Chosen Family, la nuit comme un espace de réinvention des possibles. On était là aux trois premières éditions et on n’a pas (jamais) été déçu-es. Mais histoire d’être bien sûr-es de vous croiser vendredi soir, on a posé quelques questions au collectif GAMUT.

Friction : Salut la Chosen Family… enfin, salut GAMUT ? Qui êtes-vous ? Comment fonctionnez-vous ?

Gamut : Gamut est un collectif de mode (et plus) formé par 6 anciens étudiants de La Cambre à Bruxelles. Puis nous ont rejoint une directrice de l’image et photographe venant de l’Ecal à Lausanne, ainsi qu’une graphiste rencontrée à la Saint Martins School de Londres. Gamut est pensé comme un laboratoire, avec des designers qui choisissent de croiser leurs obsessions en un grand projet qui dépasse chaque individu qui en fait partie. Nous avons un tronc commun de sept créatifs, puis des personnalités satellites viennent contribuer à l’occasion ou de manière plus soutenue. Cela va du/de la styliste photo, au réalisateur.trice en passant par le·la performer, le·la chorégraphe..

Pourquoi ce choix de croiser le destin de GAMUT à celui de la Chosen Family ? Y-a-t-il une friction, une fusion entre ces deux univers ?

Ils ne sont pas croisés, plutôt parallèles ! Comme des sœurs jumelles, c’est le même embryon. Les deux projets s’enrichissent l’un et l’autre dans un cercle vertueux. La Chosen family propose un espace de liberté ouvert à toustes, uni.e.s dans l’amour du son qui tremble très fort mais c’est aussi un espace qui peut servir à présenter ce que Gamut fait pour le vêtement, qui est sa principale activité. En septembre dernier a eu lieu notre premier défilé lors d’une Chosen Family et notre prochaine présentation aura lieu pendant une autre courant juin… Mode et musique peuvent se répondre au delà du moment d’un show.

Et ce nom, Chosen Family : est-ce une sorte d’invitation ? Une manière de montrer qu’une autre nuit, que d’autres espaces sont possibles ?

Chosen Family c’est avant tout un concept venant des théories queer. De notre point de vue, on l’a d’abord entendu chez Genesis P-Orridge qui est à l’origine, avec Throbbing Gristle, du mouvement industriel dans les années soixante-dix. Iel soutien des idées subversives, qui remettent beaucoup de choses en cause, ça a été d’une grande importance pour nous, et encore très actuel. La famille choisie, c’est affirmer qu’avant tout, une relation humaine/familiale est construite socialement, pas par filiation génétique ou administrative. En effet c’est comme une invitation, si tu as ces valeurs en toi, tu devrais trouver un espace où il fera bon de s’émanciper.


JJ & Chosen Family – © Otto Zinsou

Est-ce que selon vous la nuit et ses espaces sont nécessairement politiques ? Est-ce cette réflexion qui fait lien entre la philosophie de GAMUT et la Chosen Family ?

Il y a une dimension politique dans Gamut car ce projet cherche à construire un autre modèle pour la création, qui se confronte à celui en place, mais sans oublier son contexte économique, nous voulons une affaire qui marche, pas un projet utopique ! En gardant un niveau d’exigence commun, nous voulons partager nos expériences, sans les hiérarchiser, et s’offrir un espace où toutes les voix sont écoutées, pour arriver à un collage, qui correspond à personne en particulier mais plutôt à la multitude de nos points de vues, en même temps. On forme ainsi un nouveau centre. Par rapport à la nuit, ce qui est intéressant, c’est que plein de constructions sociales s’effondrent, d’autres se construisent, mais elle sont souvent plus belles, plus désirables et resplendissantes ! La fête offre un moment de répit et d’ouverture, jusqu’au moment où l’on retourne au bureau. Peut-être qu’en faire une facette de GAMUT, qui est un projet professionnel dans la mode, ce milieu connu pour son hypocrisie généralisée, rend la chose politique justement…?

Qu’est-ce que ça veut dire pour vous, la nuit et la fête ? Qu’est-ce qu’elles permettent que le jour ne permet pas à lui seul ?

La nuit c’est elle qui a fait l’engrais de GAMUT, nous avons passé pas mal de temps derrière les enceintes des clubs à Bruxelles, cela nous à permis de se connaître vraiment, de définir nos limites ensembles. C’est très important d’avoir ces expériences partagées pour la vie diurne. La nuit est aussi synonyme de musique, on s’est fait une véritable culture au fil des années, on la partage aujourd’hui à travers CF. Une esthétique et des valeurs qui s’associent transpire de ces choix de programmations, ça permet de définir l’univers de GAMUT par d’autres sens et de toucher un public peut-être moins porté sur la fringue !


JJ & Chosen Family – © Otto Zinsou

Vous proposez toujours une programmation musicale très spécifique, pointue et violente, pourquoi ? Qu’est-ce que ces musiques et artistes représentent pour vous ?

Cela nous ramène encore aux sources, à Genesis P-Orridge et à l’indus. Pour le pôle programmation, c’est la base, c’est ce qui fait encore sens aujourd’hui, en voyant la violence politique qui s’abat un peu partout dans le monde, ça pousse aux cris et à tendre un miroir ! Mais plus raisonnablement, Chosen Family est encore très jeune, on a pas encore eu l’occasion de montrer beaucoup d’artistes qui font partie de nos “goûts”, en juin par exemple, ça va être très house ! Les choses ne sont pas fixées, c’est très indus aujourd’hui mais il y a toujours de nouveaux questionnements qui peuvent venir influencer le futur, comme le décolonialisme, le trans-féminisme, les choix sont souvent guidés par qui va être représenté. L’important est de ne pas servir de l’eau tiède !

C’est quoi, la nuit idéale selon la Chosen Family ?

Il n’y en a pas, chacun à son point de vue sur la question et nous le respectons. L’essentiel est d’y trouver du plaisir.

Si il y avait UNE SEULE (ou deux ?) bonne-s raison-s de venir vendredi soir, ce serait quoi ?

La principale est la rareté du plateau artistique, il est composé de personnes venant autant du Maroc que des USA, de Pologne comme de Berlin, jusqu’en Russie ! Tout ce joli monde réuni autour de l’amour de l’acid, de la techno, de l’EBM, ou encore de l’indus.. ça devrait être dantesque, ramenez les buvard, il va y avoir des taches…!

Est-ce qu’on en profitera pour trinquer à Adèle Haenel en GAMUT ?

Ahah, oui et à Kompromat que nous venons de livrer aussi (Rebeka Warrior + Vitalic) !

INFOS PRATIQUES

Chosen Family w/ Borusiade •Yung Acid •Bergsonist •Mejle & more
Vendredi 1e mars
de 23h à 07h
La Station – Gare des Mines
29 avenue de la Porte d’Aubervilliers
75018 Paris

Préventes : ici

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.