Zik

#Label ZerOKilled Music – From NYC al dente !


ZerOKilled Music est un label américain al dente révélé aux oreilles de nos jupons par la série The L World qui choisit un titre (Arise) de B_CO.me pour habiller un passage de l’épisode 608 de la série (il faut être précis).

 

Costanza, fondatrice du label, a notamment collaboré avec Tricky qui aurait dit d’elle “She’s the female version of me”.

 

Tricky en fille, on comprend mieux l’intérêt de notre oreille pour cette artiste. Plus qu’une simple collaboration, la jeune femme a d’ailleurs coécrit et accompagné Tricky sur toutes les chansons de l’album Vulnerable (2003).

 

D’origine italienne expatriée à NYC, Costanza Francavilla est une artiste complète qui combine musique, chansons, production et production visuelle. Elle revendique une approche DIY (Do It Yourself = Faites-le vous même) qui nécessite une implication à tous les niveaux de la création musicale, que ce soit de l’écriture à la production en passant par l’organisation des concerts, la promotion et la communication. Les artistes DIY se veulent indépendants des majors et de l’industrie de la musique en général. En dehors des circuits classiques, avec des budgets souvent réduits ils font tout, même leurs pages facebook.

 

costanza - (c) Zerockilled Music

 

Interview de Costanza (interview en anglais, traduit)

 

SousLaJupe (SLJ) : Vous avez collaboré aveTricky, légende du Trip-Hop, vos impressions ?

Costanza : Ce fut une expérience géniale et très enrichissante. J’ai beaucoup appris avec Tricky… Notre rencontre est assez incroyable. Il était en concert en Italie et j’ai réussi à faire passer un cd autoproduit dans ma chambre à son batteur. Il lui a transmis. Le lendemain Tricky me proposait au téléphone de venir chanter avec lui. Par la suite j’ai déménagé aux Etats-Unis, à Los Angeles, et c’est grâce à cette rencontre que je me suis installée à NYC.


Pour en savoir plus sur la rencontre avec Tricky (digne d’un scénario hollywoodien) et la biographie de Costanza (en anglais) voici une vidéo très complète à regarder sans modération :


 SLJ : Pourquoi avez-vous eu envie de créer votre propre label ?

Costanza : C’est lié à mon besoin d’indépendance, mon approche DIY. Je viens d’une scène underground plutôt punk rock. J’ai eu envie de maintenir une certaine distance avec les labels installés. J’ai rencontré de nombreux artistes aussi, à NYC, et j’ai eu envie de réunir tous leurs projets, nos projets. Désormais je travaille avec plusieurs artistes et j’ai créé une branche pour produire de la musique pour les séries TV (CSI, The L World) et des films hollywodiens. On ne peut que mal vivre de la seule production de musique et de cds de nos jours; sauf à tourner en concert en permanence dans le monde. Au final c’est très stimulant de travailler pour la télé, il n’y pas vraiment de règle, il ne faut pas tout le temps écrire une chanson classique de 2 minutes maximum..


SLJ : Vous produisez beaucoup d’artistes italiens, que pensez-vous de la scène electro de votre pays d’origine ?

Costanza : L’avant garde y est très présente, il y a beaucoup de musique expérimentales aussi. J’aime être proche de mes racines, et de la musique européenne. J’ai vécu à Berlin et travaillé dans cette ville. Je pense qu’en Europe le son électronique est plus vieux donc plus « aboutit » qu’aux Etats-Unis, ce qui ne m’empêche pas d’apprécier certains artistes américains..

 

 

 

 

PROLOGUE


Les adeptes des amours « étrangement dangereux » seront ravis d’apprendre la sortie prochaine d’un nouvel album de l’artiste PEOPLE WHO LOVE DANGEROUS CREATURES dont voici un extrait envoûtant :

 

 

L’artiste travaille sur différents projets et prévoit de venir en France en 2012 pour notre plus grand plaisir, en attendant, découvrez le son des artistes produits par le label..

 

La ZeroKilled sélection de Sous La Jupe rien que pour vous, à écouter d’urgence et fin prêts… attention, vous allez avoir envie… 

 

# 1 – B.CO_me est le fruit de sa collaboration avec Marco Messina, un beau gosse percé, et on peut dire qu’entre eux, le courant passe, la musique suit.

# 2 – Plongeons avec Brando Lupi en direct de Romes. Deep, Deep, Deep.
# 3 – Coup de coeur final pour le duo italien Reset formé de Folco Peroni et Alessandro Angiolillo qui nous
envoit dans les limbes du plaisir :

Mention spéciale à l’album Medicine Babies de No Surrender pour une pochette qui nous envoi en l’air et une suite de tracks qu’Owni a décrit de main de maître.

 

 

Compléments d’enquête :


  • D’autres italiens à découvrir d’urgence : Idiot Idols.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire