Do you want to “Be like others” ?

« Be like others » est un documentaire de Tanaz Eshaghian présentant le parcours de personnes transsexuelles qui souhaitent changer de sexe en Iran. Il  a été diffusé lors de la Queer Week de Science Po.

Avant de voir ce documentaire l’Iran était remonté dans notre estime. Et oui, en Iran, l’état accepte et même encourage le changement de sexe des iraniens qui déclare vouloir devenir un homme/une femme et change leur identité officielle. Si la nature s’est trompée, l’homme a le droit de la corriger. En apparence assez progressiste.

Petit rappel historique :
En 1979, une fatwa lancée par l’Ayatollah Khomeiny autorisa les opérations chirurgicales pour permettre de soigner ce que la République Islamique qualifie de « maladie identitaire ». On estime que plus d’un milliers d’iraniens ont changé de sexe ces 20 dernières années.

L’homosexualité en Iran
En parallèle, l’homosexualité y demeure interdite et elle est passible de la peine de mort. Pour des actes de “caresses des fesses et des cuisses” entre deux hommes et/ou deux femmes la peine sera de 100 coups de fouets. Pour un acte sodomite avéré ou trois rapports lesbiens constatés : la mort. L’Iran est l’un des rares pays musulmans qui applique cette loi et qui exécute une dizaine d’homosexuels par an, parfois des mineurs. En 2007,  à l’université de Columbia, Ahmadinejad, big boss iranien déclare “il n”y a pas d’homosexuels en Iran”.

Il n’y a donc pas d’homosexuels, que des transsexuels.
Pour les iraniens qui sont transsexuels cette Fatwa est inespérée. Ils se sentent femmes/hommes et peuvent le devenir.

Pour les adeptes de sodomies entre mecs et de rapports sexuels entre femmes qui ne se sentent pas transsexuels, la solution est déjà beaucoup moins rose. Rappelons que l’orientation sexuelle est différente de l’identité de genre (vouloir faire l’amour à des hommes ne signifie pas que l’on veut être une femme et vice versa). Pourtant, en Iran, l’alternative est simple : soit tu aimes les hommes et tu devrais être une femme, soit tu aimes les femmes et tu devrais être un homme.

Castration, frustration ou mort, l’aile ou la cuisse ?

Soit tu te fais couper le zizi, soit tu arrêtes ces pratiques interdites et révoltantes qui sont passibles de mort selon une interprétation du livre sacré hyper tolérant qui rend si heureux : le coran, soit tu meurs. Respire. Soit tu te fais ajouter un pénis et prends des hormones pour que des poils te poussent sur le torse, soit tu aimes les pénis, soit tu meurs. Respire.

En plus d’avoir à gérer le fait d’être homosexuel dans un pays qui l’interdit, les gays iraniens sont donc poussés par cette Fatwa vers « une solution », « un remède » à leur maladie :   une modification de leur corps à la quelle ils n’auraient peut être pas pensé autrement, ou comment ne plus se sentir rien du tout plutôt qu’homosexuel… G.E.N.I.A.L.

Après réflexion et visionnage de ce documentaire poignant, dérangeant, triste et révoltant, nous pensons que nous sommes heureux de vivre en France et pas en Iran.

A vous de juger :

Transexuel En République Satanique D’Iran par DAILYMO-SION60

 

Laisser un commentaire