« Femmes photographes de guerre» : une exposition à voir au Musée de la Libération de Paris

Temps de lecture : 3 minutes

Jusqu’au 31 décembre 2022 le Musée de la Libération de Paris présente « Femmes photographes de guerre», une exposition qui met en avant les clichés de huit femmes photographes qui ont couvert 75 ans d’affrontements. A cette occasion l’implication des femmes dans les conflits est mise en lumière, qu’elles soient combattantes, victimes ou témoins.


Comme la photographie de guerre est un milieu dominé par les hommes j’avais hâte de découvrir cette exposition. A la fois parce qu’elle met en avant le travail de femmes, mais aussi parce que ces images sont des empreintes de leur implication, et permettent de voir la conquête de ce domaine par des femmes.


Après m’être renseignée sur ces huit photographes inspirantes auxquelles je pouvais m’identifier en rêvant, je me suis rendue au musée gonflée d’une énergie « girl power ». Rendez-vous compte, Catherine Leroy est partie à seulement 21 ans au Vietnam pour y couvrir la guerre! J’avais cependant quelques craintes. Puisque ces photographes ont vécu à des périodes différentes je me demandais comment leur travail allait être présenté, les photographies seraient elles mélangées ? Aussi, les sujets abordés sont très lourds. Allions nous voir des images choquantes et l’exposition aurait-elle des allures de « documentaire historique aseptisé » ?

Éthiopie, 1991 © Françoise Demulder / Roger-Viollet


J’ai été rassurée sur tous ces points. L’exposition se divise en 8 parties, chacune dédiées au travail d’une des photographes. Les lieux ont été aménagés de manière à créer un espace pour chacune d’elles, et au moment d’entrer dans l’univers de ces femmes nous pouvons lire une brève biographie qui concerne l’artiste en question. J’ai trouvé cela très intéressant, parce que bien que connues dans la profession leurs noms n’évoquent rien pour les néophytes tel que moi. Par ailleurs, cela permet de donner un certain contexte tout en nous renseignant sur les méthodes de travail et les « angles d’approche » adoptés.


Aucune image crue n’est exposée, mais elles demeurent toutes frappantes, et je me suis sentie transpercée par certaines d’entre elles. A ma grande surprise les clichés avaient une forte dimension artistique, on voit très clairement le style de leur auteur et j’ai beaucoup apprécié cela.
J’ai particulièrement aimé le travail de Catherine Leroy dont j’ai adoré le style et d’Anja Niedringhaus (je pense notamment à la photographie d’une poule effrayée par des soldats). Je précise que les photographies sont souvent accompagnées d’une description qui apporte un peu de contexte et qui rend encore plus touchantes ces scènes immortalisées.

Cambodge, 1974 © Christine Spengler

Je vous conseille donc vivement de découvrir cette exposition, pour que le travail de ces femmes incroyables soit d’avantage connu, pour prendre une petite claque (une petite claque agréable), et pour honorer la mémoire de cette poule.

Exposition accessible au musée de le libération de Paris
Plein Tarif : 8€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.