KINDERGARTEN PARTY [ITW]

Ce samedi 20 janvier aura lieu la 3ème édition de la Kindergarten Party, au Petit Bain et en bonne compagnie puisqu’on retrouvera derrière le booth Kaptain CadillacNari Fshr (Barbi(e)turix), Jean Rémi (Powerpouf / Gang Bambi) et VHS, le résident des Kindergarten. À l’occasion de cette troisième édition, on a souhaité en savoir un peu plus. Rencontre avec le crew Kindergarten ! 

FRICTION :  Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur le concept de la Kindergarten Party?

Tiggy : Le concept de base de la Kindergarten repose sur le mouvement Club Kids du début des années 90 à New York. Pour simplifier le principe, c’est le fait de créer des personnages de soirée par des costumes, maquillages, performances pour animer des soirées ! L’idée de la Kindergarten, c’est de remettre au goût du jour cette mouvance super fun pour s’amuser tous ensembles !

Marmoset : Ouais, on s’est inspiré de cette contre-culture pour l’adapter à un format club à Paris en 2018. On force pas les gens à se déguiser ou quoi que ce soit, par contre on leur propose une offre complète de divertissement son + projections vidéo + perfs + décor + hosting pour vraiment avoir l’impression d’être accueilli dans un endroit spécial et pas juste une salle éclairée avec de la musique.

Pourquoi vous être lancé.e.s dans l’aventure? Comment on décide de lancer une nouvelle soirée queer?

Tiggy : Marmoset avait déjà cette envie depuis un bon moment et a commencé à en parler avec moi environ un an avant qu’on lance la première édition. Moi ça me plaisait de le suivre dans ce projet parce qu’on a des profils très complémentaires et qu’on a exactement la même vision du clubbing, je savais que ça pouvait donner un truc chouette.

Marmoset : On est tous les deux très – trop – habitués des soirées LGBT+ à Paris et c’est en fréquentant ces orgas, drag queens, DJs, stylistes, bref les gens qui créent dans ce milieu qu’on a vu la possibilité de créer un truc vraiment original et arty avec notre jeune génération de clubbers. Mais l’enjeu, c’est de se démarquer et pas de refaire la même chose que là où on passe déjà nos week-ends. Entre le truc trop commercial, le truc trop sérieux où les gens font la gueule, le cabaret et les soirées faites juste pour baiser entre mecs, on pensait qu’il y aurait un place. Alors on a commencé à démarcher, à en parler autour de nous et ça a pris.

Ce n’est pas la première édition, ça a été facile de pérenniser une nouvelle soirée à destination d’un public queer à Paris?

Tiggy : Pérenniser c’est un bien grand mot, la Kinder est encore jeune ! Mais en effet on est assez surpris et ravis de la réaction du public vis à vis de notre concept : les gens viennent et surtout reviennent. C’est un vrai plaisir de déjà voir commencer à se former un groupe « d’habitués ».

Marmoset : Puis on est pas à un rythme mensuel, ça prend du temps de tout préparer et on bosse tous les deux à temps plein. Donc fédérer quelque chose de solide se fera dans la durée et si on reste au même niveau d’exigence.

D’ailleurs, elle se porte bien, la scène queer parisienne?

Tiggy : Je pense que la scène queer parisienne est en plein regain d’énergie depuis quelques années, on le voit à la fois avec le nombre de clubkids et drags qui voient le jour, c’est un vrai baby boom ! Mais aussi par le nombre de jeunes entrepreneurs de soirées, débarquent à Paris des Jeudi Barrées, Gang Bambi, Tech Noire, Drag Me et j’en oublie, qui permettent à une scène jeune de se faire connaître, c’est si excitant de prendre part à ce renouveau !

Marmoset : Plein de gens se rappellent que le clubbing, c’est fait pour tenter d’être quelqu’un d’autre de pas forcément autorisé dans la société. Les curieux du drag se multiplient, les gens osent monter sur scène pour créer, les consciences politiques s’aiguisent et ça se diffuse lentement mais sûrement.

Quelques mots pour teaser un peu d’ici samedi? A quoi doit-on s’attendre?

Tiggy : À en prendre plein les yeux et plein les oreilles, à rire et à rencontrer des gens, à boire sans modération mais toujours avec respect de l’autre.

Marmoset : À vraiment fêter le début d’année comme il se doit. Donc à s’extasier comme un enfant qui se balade dans un parc d’attraction.

Vous pouvez nous conseiller quelques sons pour patienter?

Tiggy : Si je fais ça je vais me faire engueuler par Marmoset parce que je ne possède aucune culture musicale (vous en faites pas, c’est pas moi qui fais la prog). Je peux vous dire d’aller regarder des épisodes de Sesame Street, c’est assez dans le concept.

Marmoset : Disons que si Thibaut faisait la prog, on aurait déjà eu Desireless et Elodie Frégé depuis longtemps. Mais on est pas fermés radicalement à cette possibilité.

 

Photos de la 2ème Kindergarten Party : © Jean Ranobrac

GAGNE TA PLACE EN NOUS ENVOYANT TON PLUS BEAU MAIL DE CLUBKID ►► hey[at]friction-magazine.fr

Laisser un commentaire