Le courrier de Nadine de Q : « J’en suis à ma cinquième IST »

Temps de lecture : 3 minutes

Savoir bien se comporter en tout lieu et en toute circonstance, obéir aux règles de la politesse avant de rouler des pelles, respecter l’hospitalité chez un plan cul, inviter des ami·e·s à une partouze : l’art de vivre est la clé du bonheur et du succès. Face aux nombreuses sollicitations que nous recevons, Friction Magazine a contacté une experte en savoir-vivre : la baronne Nadine de Q répond à vos questions dans cette nouvelle chronique.

Retrouvez les réponses de la baronne ici et n’hésitez pas à nous envoyer vos questions à hey@friction-magazine.fr.

Madame la baronne,

J’ai une activité sexuelle plutôt… très régulière. Je suis sous PrEP et je me fais donc dépister tous les trois mois et… les résultats sont parfois positifs. Souvent positifs, en fait : j’en suis à ma cinquième IST. Qu’est-ce que cela dit de moi ?

— Louis-Tapenade

Mon petit Louis-Tapenade,

Nous avons toutes et tous dans notre entourage des personnes faisant fi des règles les plus élémentaires du savoir-vivre, s’invitant sans prévenir ou restant chez vous bien au delà de ce qui est convenable. Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont comme ces personnes : on ne les aime pas trop mais leur présence est malheureusement inévitable si l’on veut entretenir la moindre vie sociale sexuelle.

Vous en êtes ainsi à votre cinquième IST. Cela dit deux choses sur vous. La première c’est que, mon pauvre petit : vous n’avez effectivement pas de chance. Je vous déconseille de participer à la loterie nationale.

La seconde, et la plus importante, c’est que vous êtes un garçon qui prend la PrEP et ça, c’est tout à fait bienvenu. Car, si cette charmante petite pilule vous protège du VIH mais pas de ces malencontreuses invitées que sont gonorrhée, chlamydia ou syphilis — qui se fichent même parfois des préservatifs —, les dépistages réguliers (et les éventuels traitements) protègent votre propre santé mais également celle de vos partenaire ! Et si en plus de vous faire dépister, cher Louis-Tapenade, vous pensez à avertir vos partenaires passé·e·s de vos IST, cela fera de vous : une belle personne.

Rappelons que la bienséance recommande aux hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes de procéder à un dépistage tous les trois mois et au moins une fois par an pour les autres.

Je vous souhaite une bien belle journée et n’oubliez pas vos antibiotiques,

N. de Q

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.