My Own Private Gus Van Sant : l’expo à la Cinémathèque

Temps de lecture : 2 minutes

Le printemps arrive, les oiseaux chantent, la révolution se rapproche et la Cinémathèque organise bientôt une rétrospective sur le parcours de Gus Van Sant ! Du 13 avril au 31 juillet, l’exposition reviendra sur les œuvres plastiques, les collaborations artistiques et surtout sur les films de cette figure emblématique du cinéma queer nord américain.

 

 

Portraits d’une Amérique marginale

L’occasion de (re)découvrir Drugstore Cowboy (1989), qui raconte les aventures d’un groupe de délinquants toxicos perdus dans le Nord-Ouest des Etats-Unis et le début des 70′.

 

Ou My Own Private Idaho (1991), une fable merveilleusement poétique sur un jeune prostitué narcoleptique à la recherche de sa mère, incarné par River Phoenix quelques années avant sa mort en 1993. Re-visitant Shakespeare, les dialogues entre Phoenix, Keanu Reeves (oui oui !) et William Richert (ici un vieux pédé bedonnant et cocaïnomane sur le déclin), sont sans doute l’un des meilleurs antidépresseurs de tous les temps.

 

Et pourquoi pas même Milk (2008), un biopic qui retrace la vie d’Harvey Milk, militant iconique de la cause homosexuelle à San Francisco, assassiné en 1978 et joué ici par Sean Penn.

 

 

Rendez-vous à la Cinémathèque

Pour les groupies et les fanboys hystériques qui mourraient d’envie de croiser le réalisateur pour lui proposer un plan échanger sur le 7ème art, celui-ci sera présent à la projection d’ouverture le 13 avril à 20h. Si la séance affiche malheureusement complet, il semblerait que des places soient encore à gagner par ici. Dans le pire des cas, vous pourrez aussi faire la queue sur place le soir même, trépigner d’impatience et prier pour parvenir à entrer en cas de désistements (bonne chance !)

 

Pour les autres, il y aura toujours Gus Van Sant / Icônes, un entretien avec le cinéaste réalisé par Matthieu Orléan (commissaire de l’exposition) et publié par Actes Sud, avec tout plein de photos, de dessins et de schémas étranges dedans.

 

 

Matthieu F. – Twitter : @Matthieufoucher