Pour un 8 mars politique et engagé

Parce qu’on en a marre des raccourcis foireux au sujet de la journée internationale des droits des femmes et donc qu’on veut plus lire “journée de la fââââme” ni voir s’afficher sur nos écrans des réducs pour des appareils ménagers, des cures minceurs ou des soutifs en dentelles, on a décidé de te proposer un parcours militant pour lutter pour les droits de toutes les femmes.

© Gaëlle Matata pour Friction

De 15h à 17h30 à la Colonie : CONVERSATION FÉMINISTE : Droit des Travailleuses du Sexe, droits pour Tout-es : un enjeu féministe majeur

Projection du film documentaire EMPOWER Perspectives de Travailleuses du sexe de Marianne Chargois, suivie d’une rencontre-discussion avec Giovanna Rincon (Trans-féministe-séropo et travailleuse du sexe, Directrice de l’association Acceptess Transgenres) et Anaïs (Travailleuse du sexe, porte-parole du Strass – Syndicat du Travail Sexuel) pour ouvrir une réflexion sur la place fondamentale des travailleuses du sexe dans les luttes féministes.

À partir de 19h, métro Belleville : Marche de Nuit en mixité choisie (sans mec cisgenre)

Toutes les infos à retrouver sur l’événement Facebook : ici

À partir de 20h30 au Zorba : $afia Bahmed-Schwartz, Sara Fuego et Drame Nature

DOXA ESTA présente du 4 au 10 mars, un mini-festival / série de soirées qui rassemble des projets, son et musique, féminins, dont on vous a parlé ici.

On ira écouter $afia Bahmed-Schwartz, dont on est très fan (voir notre interview musicale ici) mais également découvrir Sara Fuego, “nouvelle héroïne du r’n’b breton” (on sait pas bien ce que c’est non plus…). Derrière Drame Nature se cache Simon Thiébaut, à qui l’on doit les mythiques soirées Parkingstone. On a bien hâte.

À 21h à La Maison de la Poésie : lecture de Mes bien chères sœurs de Chloé Delaume

Dans ce texte incisif, dont on vous parlait ici, Chloé Delaume aborde la question du renouvellement du féminisme, de l’extinction en cours du patriarcat, de ce qu’il se passe, et peut se passer, depuis le mouvement #metoo. C’est à grands traits une histoire de la femme, du féminisme ; c’est un récit qui rappelle des données autobiographiques de l’autrice, en particulier l’assassinat de sa mère par son père, devant elle alors qu’elle était enfant. En France, la quatrième vague féministe a fait son entrée : non plus des militantes, mais des femmes ordinaires. Qui remettent en cause les us et les coutumes du pays de la gaudriole, où une femme sur dix est violée au cours de sa vie. Retour sur un parcours personnel pour une réflexion collective, ce livre est une prise de parole qui prône la sororité comme outil de puissance virale.

L’événement sur Facebook : ici

BONUS : le 9 mars, à partir de 18h à Saint-Denis : Nos quartiers ne sont pas des déserts féministes

Le collectif Femmes en lutte 93 organise une fête de soutien féministe le 9 mars à la Table-Ronde à Saint-Denis.

Cette soirée a pour but de fêter la journée internationale des luttes des femmes et minorités de genre et de lancer les préparatifs de la campagne politique “Nos quartiers ne sont pas des déserts féministes”, avec un meeting public le 22 juin 2019, à Saint-Denis. Au programme, une scène ouverte, des DJ sets, et petit plus : un espace de garde pour les enfants.

Plus d’infos : ici

N’hésitez pas à nous signaler d’autres initiatives pour faire de ce 8 mars une journée vraiment revendicative et militante !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.