QUEERSTIONNAIRE #17 – Delphine d’Oenologouine

Temps de lecture : 4 minutes

On a cherché un jeu de mots avec 2019 année gouine, mais on n’a pas trouvé. Toujours est-il que cette année, on est plus gouines que jamais : on court gouine, on lit gouine, on va au ciné gouine, on chope gouine et on boit gouine. Vous avez dit « invisibilité »? On l’a attendu un moment, mais comme le bon vin (wink wink), ce queerstionnaire est devenu meilleur en vieillissant. On laisse donc Delphine d’Oenologouine se présenter !

Délphine d'Oenologouine qui a ouvert un bar restaurant à Paris - Lesbienne Friction Magazine

Le principal trait de ton caractère ?

Citez-moi UNE personne capable de répondre honnêtement à cette question ?

Ton principal défaut ?

Je suis psychorigide. Quels verres de vin utiliser ou pas, quel tire-bouchon, à quel fréquence changer sa housse de couette, la ponctualité… je suis reloue je crois. 

Ton occupation préférée ?

Rembarrerles mecs cis.

Ce que tu voudrais être ?

Monique, ma chienne. Elle a la belle vie. Suis mon Insta, tu verras (hop petite pub) 

Le métier que tu n’aurais pas aimé faire ?

Tous. On passe toujours trop de temps à travailler. Malheureusement pour l’instant, on n’a pas trop le choix. 

 Ta drogue favorite ?

L’alcool, off course

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Oenolo-gouine (@oenologouine) le

Ton rêve de bonheur ?

L’abolition du travail 

Quel serait ton plus grand malheur ?

Me réveiller dans 50 ans sans aucun souvenir de ma jeunesse. L’angoisse ! 

Ton mot préféré ?

Alambiqué. Ou Psalmodie. Ou Chardonnay

Le mot que tu détestes ?

Je ne déteste aucun mot en soi, je crois. C’est les concepts derrière, ou ce que ça évoque, qu’on déteste (glaire, verrue, patriarca(ca)t…)

Bon certes, il y en a certains qui sonnent moche, mais qui sont bien utiles, genre reblochon ou ragoût

Le son, le bruit que tu aimes ?

Une bouteille qui s’ouvre 

Le son, le bruit que tu détestes ?

Quelqu’un qui se coupe les ongles. Ça me dégoûte de ouf, surtout quand c’est des mecs, et qu’ils font ça en public. Pourtant je soutiens à fond le coupage des ongles. 

Ton juron, gros mot ou blasphème favori ?

« Va manger ta merde » (je l’ai dit l’autre jour à un mec dans le métro, je me suis sentie bien pendant tout l’après-midi) 

Ton héros/héroïne favori/te dans la fiction ?

Batwoman. Tellement bad ass. 

Tes héros/héroïnes dans la vie réelle ?

Les vigneronnes que j’aime ! 

Une personne pour illustrer un nouveau billet de banque ?

Monique, cette beautey !  Comme ça je garderais mes billets au lieu de les dépenser. 

Un.e créateur.trice que tu admires particulièrement ?

Des gentes qui vont parler à beaucoup : Monique Wittig, Audre Lorde, Alison Bechdel, Violette Leduc, Virginia Woolf, Dorothy Alison… Mais aussi des vigneronnes : Ariana Occhipinti, Michèle Aubéry, Mito Inoue, Isabelle Lippe (clin d’oeil à celles qui savent), Laurence Alias & Pascale Choime, Noëlla Morantin…

Les personnages historiques que tu méprises le plus ?

Il y en a tellement. Du coup pour la blague, le Duc de Bourgogne par exemple, qui a fait arracher tous les plants de Gamay de sa région. C’est le queerstionnaire Oenologouine ou pas ?

Les fautes qui t’inspirent le plus d’indulgence ?

Aucune. Je ne mets pas beaucoup d’eau dans mon vin…

Ta devise ? 

La vie est trop courte pour boire du mauvais vin, et aussi pour s’épiler. 

Oenologouine a depuis ouvert un restaurant : La Gorgée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.