Radio Galoche, webradio autonome en roue libre, revient en live au DOC

Temps de lecture : 7 minutes

Samedi 17 décembre, la webradio autonome fréquence 131.2 la plus baveuse du nord de Paname émettra en direct du DOC pour une journée de soutien. Au programme : des flash infos acabadabrants, des fessées, de l’astro radicale, des butchs à l’eau, des pédés en luttes et des concerts. Entretien Framapad.

Pourquoi une radio libre en 2022 ? Qu’est-ce qui vous différencie d’un studio de podcast classique ?

Radio Galoche : On a commencé en 2020 suite au premier confinement. On venait de passer deux mois enferméexs, juste après le grand mouvement social contre la réforme des retraites, auquel la crise sanitaire a mis un énorme coup d’arrêt. Radio Galoche c’est beaucoup de militantxes, majoritairement travailleureuses de l’art, qui étaient en lutte à ce moment-là, et on a eu envie de construire un espace pour se réunir, continuer de lutter, penser, etc. dans un contexte sanitaire qui nous laissait très peu de marge de manoeuvre. On avait besoin de faire des trucs et de se faire plaisir, loin des concessions permanentes de nos vie, et avec l’envie de créer nos propres espaces de diffusions sans contrainte et sans jugement, où peuvent se côtoyer un peu toutes les formes, « artistiques » politiques, ou juste faire des blagues… La radio est apparue comme la meilleure réponse à ça. Et on aimait bien la possibilité d’anonymat du format radio, qui permet moins de stress et plus de liberté dans les prises de parole.Niveau lieux, on a d’abord été accueilliexs à DOC, un espace autogéré dans le 19ème à Paris, puis par le café culturel Collective à Aubervilliers qui a malheureusement été fermé depuis par la mairie. Pour le 17 décembre, ce sera de nouveau à DOC.

« On avait besoin de faire des trucs et de se faire plaisir, loin des concessions permanentes de nos vie, et avec l’envie de créer nos propres espaces de diffusions sans contrainte et sans jugement ».

Pour des questions techniques et politiques on a choisi le format webradio, et on a vite eu envie d’essayer de streamer plein de choses, se réapproprier tous les formats classiques d’une radio FM ultra mainstream : météo, astro, flash infos, jingles, playlists… mais à notre sauce ! Surtout : créer une plateforme ouverte aux expérimentations. Et ne pas dépendre d’une plateforme de streaming audio qui contraindrait les droits d’auteurices, les contenus politiques et ce genre de choses.

À l’inverse d’une plateforme de podcasts classique, c’était du live ! Au début, on a streamé pendant 24 à 48h non-stop, et même jusqu’à 72h la première session. On faisait beaucoup d’impro, de formats spontanés, en plus d’émissions  préparées et construites. À ce titre, on s’imbrique clairement dans l’héritage des radios libres des années 1980s, plutôt que dans celui des podcasteries d’aujourd’hui. Le côté amateur et autonome nous permet d’avoir une réelle liberté de ton : parfois on joue aux dés dans la nuit et on passe ça en live. Il n’y a pas de médiation. Dans le live, cette dimension est très importante pour nous, pouvoir être en roue libre, se permettre d’explorer des formes sans devoir contrôler toujours ni écrire forcément ce qui se passe au plateau. Continuer à être en réflexion, à diffuser des points de vue, on a pas envie de tomber dans l’ethos militant mais on avait envie d’en faire quelque chose de drôle, de doux, s’autoriser à être les deux.

Ça marche comment une radio autonome ? Comment on peut se réapproprier collectivement ces savoirs ?

Techniquement, streamer de l’audio c’est pas si compliqué que ça. En résumé, ce qu’il faut c’est : internet, des micros, et choper un flux de stream audio. Personne à Galoche n’avait fait de radio avant. On a mutualisé nos compétences, nos ressources et appris tout le reste ensemble. On a fait des ateliers pour découvrir comment faire de la régie, se servir des logiciels, d’une console son, et tout le monde tournait sur les différents postes, à la technique, à la création de contenu, à la cuisine ou au montage/nettoyage…

Pour le flux audio c’est  ∏-node, une plateforme expérimentale de développement radio web et FM, qui nous le fourni (merci ∏node <3). Pendant un temps on a aussi utilisé le logiciel Libretime qui nous a permis d’organiser et de diffuser nos grilles d’émissions. Toutes les sessions live ont ensuite été archivées sur le site de la radio, pour se constituer une ressourcerie de sujets et thèmes variés. Comme y’en avait parmi nous qui avaient des savoirs-faires en sites internet, on a monté un de notre côté pour ne pas devoir utiliser de plateforme d’hébergement audio pré-existante, et être les plus autonomes possibles. Depuis, on se permet aussi de mettre en ligne de nouveaux podcasts, sans forcément passer par un stream live. 

« On a pas envie de tomber dans l’ethos militant mais on avait envie d’en faire quelque chose de drôle, de doux, s’autoriser à être les deux ».

Niveau programmation, les choses se sont faites assez spontanément : tout le monde proposait du contenu ou des invitations à d’autres collectifs, on en discutait, on s’aidait les unxes les autres à fabriquer ces contenus. On réfléchit maintenant à faire en sorte que plus de gentes puissent s’emparer de cet outil de manière autonome en restant dans une « ligne » galoche qui s’est définie sur les différentes saisons. Pour ça on est en train d’écrire une charte qui permette de donner rapidement une idée assez claire de la radio à celleux qui la découvrent.

Il se passe quoi samedi 17 prochain ? On n’avait pas dit “fuck le 17” d’ailleurs ?

C’est juste que le 13/12 ça tombait un mardi, donc on a choisi le samedi 17, mais fuck le 17, bien sûr. Cet événement, ça sonne un peu le réveil de la radio après une pause/reconfiguration de plus ou moins une année. Ce sera aussi la première fois qu’on sera en mesure de pouvoir inviter les auditeurices pour un événement en public, et on est raviexs de ça ! 

C’est aussi un événement de soutien à Galoche. On essaie de penser la suite, et l’autonomie c’est aussi un truc matériel, la question de l’argent se pose souvent. Là on a refondu tout le site qui héberge les podcasts et le stream live, ça a demandé énormément de travail et on voudrait rémunérer les personnes qui ont tafé dessus. Et puis assurer un peu le futur de la radio aussi !

Du coup on a concocté un programme de 24h de stream dont 9h en public à DOC, avec des émissions récurrentes de la radio : un Flash infos du 13h12 spécial abolition de la police, l’émission d’astro radicale Fuck le système solaire, le retour de L’Eau à la butch, émission sur l’art et la vie qui met à l’honneur des voix transpédégouines, une nouvelle balade autour des plantes et de la réappropriation de la santé avec Digressions incultes, les lectures érotico-musicales de C’est l’heure de la fessée… à côté d’une discussion autour des luttes pédées, une autre autour du sommeil, une invitation au collectif Saccage 2024 pour parler des JO, un open mic, des DJ sets, des playlists, des consultations astro et plein de goodies très stylés. Et donc on vous attend nombreuxses samedi à partir de 14H00 à DOC !

Plus d’infos sur l’événement Facebook, sinon sur Instagram ou sur le site de la radio.
Pour participer à l’Open Mic, écrivez à galoche.online@gmail.com (en objet : OPEN MIC)