Transmuter le bronze en or ou comment survivre à sa première réunion féministe, par Camille Ducellier

Avis aux tireur·euses de cartes, aux apprenti·e·s-magicien·nes et autres sorcières en devenir : en ce début du mois de mai, la collection Sorcières des Editions Cambourakis fait paraître une réédition Guide Pratique du Féminisme Divinatoire de notre sorcière préférée, l’artiste Camille Ducellier. C’est drôle, mordant et hyper smart, préfacé par Starhawk en personne –bref, idéal à avoir avec soi pour aller chômer aux buttes Chaumont. Avec l’autorisation de l’autrice, nous avons reproduit ici l’un des treize chapitres de ce manuel qu’on vous recommande… chaud(ronn)ement (?)

Crédit photo Marie Rouge

 

Chapitre IV

TRANSMUTER LE BRONZE EN OR

ou comment survivre à sa première réunion féministe

Il y a des soirs de pluie et de brouillard où les réunions politiques sont des épreuves, mais c’est la première fois la pire. À vérifier. Le doigt est humide. Il est dressé en témoin et sèche mal du côté droit. Le vent n’est pas une circonstance atténuante pour perdre tout courage, mais la hauteur des marches coupe le souffle des néophytes comme celui des initié·e·s. Niveau élevé d’inhibition, effondrement narcissique. Vous n’aimez pas lire, ça vous donne mal à la tête et vous ne parlez jamais à personne de votre cerveau atypique. Ce soir, vous appréhendez tout événement avec la peur au ventre. Plexus solaire douloureux. Vous êtes inculte, trempée, impressionnable, au milieu du milieu, parmi les regards familiers et les habitant·e·s d’un squat queer ; mais vous pouvez bluffer.

Il vous faut :

  • Avoir au moins une amie qui adore faire des fiches de lecture sur des livres compliqués.
  • Porter sur vous un kilo d’obsidienne noire et, si possible, deux yeux célestes pour éloigner les mauvaises intentions et les bouches méfiantes.
  • Prendre un librax cinq heures avant pour être sûre d’y aller vraiment.
  • Faire des exercices de respiration sur le chemin et masser les paumes des mains avec vigueur.
  • Positionner vos mains, sous la table, face à face, les cinq doigts posés les uns contre les autres. Ainsi lorsque vous prendrez la parole, vous pourrez concentrer votre énergie de communication, tel un politicien.
  • Ne pas prendre de risques sur l’ouvrage qui sort de votre sac. Éviter Kristeva au cas où, on ne sait jamais. Freud et Marx se justifient toujours jusqu’à l’âge de 20 ans. Tout texte classique du féminisme essentialiste, du féminisme païen, du féminisme chrétien, du féminisme musulman est à éviter, au risque de devenir le point principal de l’ordre du jour. Préférez des valeurs sûres du féminisme matérialiste, Christine Delphy ou Colette Guillaumin feront l’affaire. Le féminisme noir est bien vu également. Sinon, un polar sur des lesbiennes vampires s’avère aussi un gage de sympathie, mais La Bible des cristaux doit rester au fond du sac.
  • Respecter absolument le tour de parole, surtout s’il est à double liste. Les systèmes des tours de parole permettent une répartition plus égalitaire de la prise de parole et se structurent par une liste des intervenant·e·s à venir. Le principe du double tour ajoute la condition que chaque personne soit intervenue une fois, avant un deuxième passage. Ne vous formalisez pas si l’AG se compose de dix personnes et que vous trouvez embarrassant d’intervenir dans ce cadre. Si la colère ou la gêne s’empare de vous, évitez l’ironie qui est très délicate à manier sur ce point.
  • Surtout ne pas conspirer, mais inspirer et expirer.
  • Placer enfin une remarque brillante dans cet interminable tunnel. Choisissez plutôt un créneau dans les deux dernières heures, lorsque plus rien d’intéressant ne se dit. Alors, vous pourrez surprendre.
  • Porter au poignet un anneau vaginal en talisman parmi un ensemble de bracelets.
  • Si vous avez un doute sur l’identité de genre d’une personne, être franche et directe. La naïveté et la curiosité comportent un risque mineur, mais imposent la clarté des situations. Amenez toutefois le sujet avec fraîcheur et stratégie rhétorique. Faites attention aux accords de genre dans la phrase d’introduction.

 

Extrait du Guide Pratique du Féminisme Divinatoire de Camille Ducellier, édition revue et augmentée pour la Collection Sorcières, aux Editions Cambourakis.

Laisser un commentaire