Rencontre avec Bruce LaBruce

Bruce LaBruce sent-il l’obscénité ? Pas dans ce mignon petit jardin d’un hôtel parisien du marais. La veille, iI a mixé tard dans la nuit du Silencio, club d’un autre cinéaste cul(te), il m’accueille avec un verre de vin et ses verres fumés, moi qui ne regarde jamais de porno gay.

 

Porter l’obscenity. Photo (c) Gaëlle Matata

 

Je n’ai vu qu’un seul de ses films, le dernier et j’ai découvert son personnage l’année dernière alors qu’il était président de la queer palm. En bonne enquêtrice je sais tout de même de quoi parle son travail : de souffre et de cul, de queer aussi, mais pas que. Avec le récent Gérontophilia (sorti en DVD en octobre de cette année) il est entré dans nos cinémas par la grande porte. L’histoire d’amour d’un jeune homme et d’un vieillard, lui a donné l’occasion de parler d’un tabou bien actuel : les vieux. Quelqu’un qui n’est plus désiré meurt-il ? Les rides peuvent-elles être sexy ?

 

A vrai dire, ce que j’ai en tête lorsque je lui sers la main, ce sont ses bras en l’air sur le DJ booth. Certes, après coup je me dis que j’aurais pu lui demander ce qu’il ferait de la France s’il était président, si bientôt le porno gay finirait chez UGC ou encore comme me l’a dit (en criant) un ami gay : MAIS TU NE LUI AS PAS PARLÉ DE L.A ZOMBIE ??? Bah non, j’avais envie de musique, de connaitre son opinion sur la polémique qu’a suscitée son compatriote Xavier Dolan ou encore s’il fumait.

 

Bisou, interview (version FR plus bas) >>

 

I was in Silencio (club in Paris) last night, I didn’t know that you were also a DJ.

 

Did you like my set ?

 

 

Yes ! But I was a bit surprise cauz I didn’t know that you were a fan of 80’s music !

 From Bruce Mixcloud  :

Yeah I try to mix it with contemporary music. Well, I’m a child of the 80’s basically. In fact, I was more in the punk scene in the 80’s and I’ve listen a lot of hardcore music, which I still have on vynil but that I don’t play them as a DJ so much. I also like the club music from the 80’s and 90’s. Music for me it’s essential, I couldn’t live without it.

For me, the fact that you have those softwares for mixing and itunes, it’s like a miracle you know. Because in the 80’s there was only vinyl and it was harder to educate yourself with music. Because if you were shy, the people in the records shops were kind of mean..(laugh). I would never have thought I could be a DJ in a semi professional kind of level when I was young.

 

You DJ a lot ?

When I travel yeah, I also play the DJ in Silencio in Cannes.

 

Silencio @Cannes pour la soirée de clôture de la Queer Palm 2014. Photo : Ricky Mastro

Do you plan on making a soundrack for Gerontophilia ?

 

The only movie I made a soundtrack was Otto. A small label put it out on CD and vinyl. For that movie I used crazy number of musicals, bands or musicians, like 30 and there is like 52 tracks. I did a lot of crazy mixing, used samples and stuffs.

Gerontophilia as also a lot of music in it ,but it’s just a question of the market. You got rights for the music in the film but to put out a soundtrack you have to negociate more rights and it’s expensive. People don’t even buy a soundtrack anymore, they can buy all the songs on itunes.

 

Otto or up with dead people soundtrack
Otto or up with dead people soundtrack. Il en reste 4 sur Amazon.

 

 

 

 

 

How do you work as regards the soundtrack of your movies?

 

I have a friend Kevin Hegge who’s from Toronto also a director, he made a documentary about a girl band I was friend with in the 80’s.

 

He was « not-a-mean-guy-that-worked-in-a-record-store », he’s an encyclopedia of music and he helped me get acquainted with some of the bands that are in Gerontophilia. Some of them are indie bands from Toronto, like One hundred dollars, The Horrors or this amazing singer Jennifer Castle, he introduced me to that all that music, I also used a pop song « Help the aged » at the end.

I noticed that a lot of the time, a member of those bands is gay, I always contact them and they know my work and it makes it easier to collaborate.

 

 

What’s the best track for this moment, right now ?

METH ! No no, jocking.

 

I’ve seen you’ve done a short film recently

Yes, commissioned by the Festival du nouveau cinéma in Montréal, thats my last film. They asked six film makers for a « carte blanche ».

 

Do you smoke ?

Cigarettes ? (laughing) No, but I like this cigare, it’s sexy.

 

Do you think their is a need of a « queer cinema » ? There was a « controversy » with Xavier Dolan recently, what’s your opinion about this ? Are you a queer cineast ?

 

I’m a friend of Xavier and I kind of understand what he was saying, I’ve said the same thing myself sometimes. Queer festivals sometimes films festival can tend to place ideology before cinema, it’s more about promoting the idea of « homosexuality » and maybe not always allowing more complex or distrubing ideas about representation of sexuality, homosexuality queer sexuality. It can tend to « getthoised », you’re preaching to the choir.

Usely I go for international festivals because I want to reach a wider audience. But having said that, I thing that what Xavier is kind of missing it that being from a younger generation, there was a whole strong queer activist history. People had to fight very hard for getting rights, so it makes sense to promote queer visibility.

 

Sometimes when people come up to me me after festival and say « Oh my god, you’re work gave me permission to be gay, helped me cope with the difficulty I was having », that’s gratifying for me, that’s important.

 

I was in an independent film festival in Poland where they show three of my films, I was also in the jury, and you know, in Poland five years ago, they could never have shown those films. So it’s important not to forget that it goes at a differente pace in different parts of the world.

 

 

And in Canada ?

It’s boring (laughing).

 

Do you have the same « activists » against « gay wedding » and stuff ?

Not so much in Canada, it’s been legal for like at leat ten years or more. In the States yeah. My belief is that there will always be homophobia, it’s never gonna be eradicated.. But it can be sanctionned, it has to be. Violence against gay it’s always a crime event if you also king of learn « to cope with it ».
You know when I was coming out in Toronto I could get beat up easely leaving a gay bar in the 80’s, but now never, it’s progress !

 

 

 

You went from porno and underground scene to mainstream movies, how does it feel ?

 

IT FELT GOOD ! The whole idea with gerontophilia was to make a more mainstream kind of film, not only in the film itself but also in the process of film making. It was a much more industry style film, working with profesionnals actors, casting agents, union crew, it was much more preparation, more plans. I quite enjoy the whole challenge of doing a film in a completely diffrent way. I usely make more guerilla style, sometimes improvisionnal, sometimes no preparations, working with non-actors. I like both ways.

 

And Your next movie ?

I’m gonna try to continue do both styles. I have a more mainstream project and a more « underground ». Both will be shown next year if all goes well. One’s called the Twincest, the mainstream one. En français c’est jumeaux. But I don’t think you could do the same « jeu de mot ».

 

 

Best regards + gift : making of from Gerontophilia >>

 

 

 

 

Interview en français

 

 

 

 

J’étais au Silencio hier soir, je ne savais pas que tu étais aussi un DJ.

 

Tu as aimé mon set ?

 

Oui ! J’ai été un peu surprise, je ne savais pas que tu étais fan de la musique 80’s !

 

Oui, j’essaie de la mélanger avec de la musique actuelle. Je suis un enfant des années 80. En fait, j’étais plus dans la musique punk à cette époque, j’écoutais beaucoup de HardCore que j’ai toujours en vinyle mais que je ne joue pas trop en tant que DJ. J’aime aussi beaucoup la musique « club » des années 80 et 90, la musique est essentielle pour moi, je ne pourrais pas vivre sans elle.

Ces programmes qui permettent de mixer, iTunes c’est un miracle pour moi. Avant, il n’y avait que le vinyle et c’était plus compliqué de t’éduquer en matière de musique. En plus, si tu étais timide, les gens dans les magasins de disques étaient un peu méchants. Moi, par exemple, je n’aurais jamais cru pouvoir mixer à un niveau semi-professionnel.

Tu mixes beaucoup ?

Quand je voyage oui, d’ailleurs j’ai aussi mixé au Silencio de Cannes.

Bruce LaBruce @SilencioCannes
Silencio @Cannes pour la soirée de clôture de la Queer Palm 2014. Photo : Ricky Mastro

 

Penses-tu sortir un CD avec les musiques de Gerontophilia ?

 

J’ai sorti un seul CD Soundtrack pour le film Otto. Un petit label l’a commercialisé en CD et vinyle. Pour ce film j’avais utilisé un nombre incroyable de chansons, de groupes et de musiciens, une trentaine et il y a 52 chansons dans le film. J’ai fait beaucoup de mix, utilisé des samples, des trucs. Gerontophilia contient aussi beaucoup de musique mais le marché actuel du disque n’est pas favorable. Il y a des droits sur chaque titre et lorsqu’on fait un CD il faut de nouveau négocier ces droits, c’est onéreux et les gens n’achètent plus les CDs de musiques de film, ils peuvent tout acheter séparément sur iTunes.

otto-or-up-with-dead-people
Otto up with dead people, extrait

 

Comment travailles-tu les musiques de tes films ?

J’ai un ami, Kevin Hegge, c’est aussi un réalisateur de Toronto et il a tourné un documentaire sur un groupe de filles des années 80, des amies à moi. C’est un gentil garçon qui travaille dans un magasin de disque et une encyclopédie musicale. Il m’a aidé à connaitre certains groupes dont j’utilise la musique dans Gerontophilia, comme One hundred dollars, The Horrors ou la géniale Jennifer Castle, J’ai aussi utilisé la chanson « Help the aged » à la fin. En fait j’ai remarqué que souvent un des membre des groupes était gay. Lorsque je le contactais, il connaissait mon travail et ça a facilité la collaboration.



La meilleure chanson pour maintenant ?

METH ! Non je rigole.



Tu as tourné un court-métrage récemment.

Oui, une carte blanche pour le Festival du nouveau cinéma de Montréal. C’est mon dernier film.

 

Est-ce que tu fumes ?

Des cigarettes ? (rires) Non mais j’aime le cigare, c’est sexy.



Penses-tu que le « cinéma queer » soit nécessaire ? Quelle est ton opinion suite à la controverse suscitée par Xavier Dolan récemment à propos de la queer palm ? Te considères-tu comme un cinéaste queer ?

Je suis ami avec Xavier et je comprends assez ce qu’il dit. J’ai déjà tenu les mêmes propos. Les festivals de film queer peuvent avoir tendance à placer l’idéologie avant le cinéma.
Ils s’intéressent surtout à la promotion de l’idée de l’homosexualité et ne laissent peut-être pas toujours la place à des représentations plus complexes ou dérangeantes de la sexualité, de l’homosexualité ou de la sexualité queer.
Ces festivals peuvent aussi avoir un effet « ghettoïsation », de prêche à des convertis.

Personnellement, je participe plus à des festivals internationaux car je veux toucher un large public.
Cependant, je pense que ce que Xavier Dolan ne réalise pas très bien, étant donné son âge, c’est tout l’historique du mouvent activiste queer.
Les gens ont du se battre très fort pour obtenir des droits et ça fait donc sens de promouvoir la visibilité queer.

Parfois, lorsque les spectateurs viennent me voir à un festival et me disent « Oh mon dieu, votre travail m’a donné la permission d’être gay, m’a aidé à faire face aux difficultés que j’avais », je dois dire que je trouve ça gratifiant et important.

J’ai été à un festival de film indépendant polonais récemment, ils ont projeté trois de mes films. Je faisais également parti du jury et tu sais, en Pologne il y a cinq ans, ils n’auraient jamais pu diffuser mon travail. Il ne faut pas oublier que les mentalités évoluent à différentes vitesse selon les pays.

 

Et au Canada ?

C’est chiant. (rires)

 

Est-ce qu’il y a le même genre d’activisme contre le mariage homo ?


Pas trop au Canada, le mariage est légal depuis au moins dix ans. Aux États-Unis par contre…
Je crois qu’il y aura toujours de l’homophobie. Ça ne sera jamais éradiqué mais doit être sanctionné. La violence contre les homosexuels est toujours un crime.
Après, on apprend à vivre avec.. Tu sais dans les années 80 ce n’était pas rare que je me fasse tabasser en sortant d’un club gay de Toronto, aujourd’hui ça n’arrive plus jamais : il y a du progrès !

 

Tu es passé de la scène porno underground au cinéma mainstream, tes impressions ?


C’est bien ! L’idée avec Gerontophilia depuis le début c’était de faire un film plus mainstream, pas seulement au niveau du sujet mais aussi dans la manière de le réaliser.
C’est un film plus proche de l’industrie du cinéma, on a travaillé avec des acteurs professionnels, des agents pour les castings, ça a demandé plus de préparation, de planification.
J’ai aimé ce challenge, réaliser un film de manière complétement différente. D’habitude je suis dans le style guerilla : improvisation, parfois aucune préparation, recruter des acteurs amateurs… J’aime les deux manière de travailler.

 

Et pour ton prochain film ?

Je vais essayer de continuer à réaliser dans ces deux styles. J’ai un projet plus mainstream « The Twincest » et un autre plus « underground ». Les deux seront présentés l’année prochaine si tout va bien.
Twincest, en français c’est jumeaux. Mais je ne pense pas que tu puisses faire le même jeu de mot.

 

 Bonne journée, que vos senteurs restent obscènes.

 

gerontophilia-bruce-labruce

Laisser un commentaire