L’Application HER est (enfin) arrivée en France et c’est une bonne nouvelle pour les lesbiennes, queer, pan, bi, non binaires…

Vous en avez sûrement entendu parlé, une nouvelle application de rencontre a fait son entrée dans le monde des LGBTQI+. Perso, j’avais découvert l’application mobile HER  Lesbian dating & queer app en 2016, lorsque j’habitais à Londres. Je travaillais pour une boîte de sextoys, hétéronormée à souhait, j’avais envie de faire des rencontres, je trainais trop sur FetLife.

Une application pensée pour les femmes (TOUTES les femmes), par les femmes, et vise un public queer et lesbien. J’avais donc téléchargé.

Her : l’application de rencontre pour toi (ceci n’est pas un post sponsorisé même si pour une fois on aurait bien voulu)

 

AVANT

 

De retour en France, pour rencontrer quelqu’une (entendons par là PAS STRAIGHT), on avait le choix entre les sites à l’ancienne un peu mal faits comme Gayvox, les soirées WET, la Mutinerie, ou les meufs Tinder qui, au bout de 2 minutes, te proposent un plan à 3 avec leur mec, pas macho mais qui n’accepte des relations libres seulement avec d’autres zouzs !

MAINTENANT

Depuis fin juin, Robyn Exton, la fondatrice de l’app, a décidé de venir sauver nos sexualités brimées et endormies (je ne parle pas de la mienne bien évidemment) et quelque part militer pour la visibilité des lesbiennes, queer, trans, non binaires, bi, asexuelles etc.

Robyn Exton, la fondatrice de HER. Coucou

On ne sait pas trop pourquoi elle a choisi la France comme premier pays où lancer nationalement l’app (c’est là où se situe la nouveauté), mais nous sommes ravies !

Créer son profil est facile, on retrouve tous les principes d’une application de rencontres : profil connecté à Facebook ou Instagram, géolocalisation, photos un peu charmantes, un peu sexy, un peu marrantes.

Pas de description longue avec des citations de Cicéron ou Einstein (ouf), sont seulement indiqué.e.s le genre, l’orientation sexuelle, la situation sentimentale et la taille (je n’ai pas compris pourquoi d’ailleurs).

 

Une trentaine de choix du genre est proposée, il en est de même pour l’orientation sexuelle. Et c’est là que, dans un premier temps, HER se démarque. On a le choix et on entre dans un monde bienveillance et d’acceptation.

 

Car les règles sont affichées très clairement dès le téléchargement : ici nulle place aux discriminations, on crée virtuellement un espace safe de discussions, de rencontres, de découvertes. Les personnes en photo ne sont pas tou.te.s cis, pas tou.te.s blanches et ça fait du bien.

 

Coucou toi, on match ? (pardon, j’ai volé cette photo sur internet pour parler de l’application HER)

Les autres innovations de HER c’est que l’on peut suivre des « fils d’actualité » thématiques à propos du sport, de la musique, de l’art etc. On peut aussi publier comme sur Twitter et apparaître dans le fil d’actualité de la communauté et ainsi se faire remarquer ou lancer un débat (qui se poursuivra peut-être IRL – in real life donc).

Les profils défilent, on like à droite, on passe à gauche, si 2 likes, alors on peut directement discuter. La phase de discussions en privée est hyper importante, 100 fois plus de messages sont envoyer sur HER que sur Grindr avant la première rencontre physique.

De nombreuses autres fonctionnalités sont disponibles, voir toutes les personnes qui nous ont likées, revenir à un profil, changer sa géolocalisation, avoir des likes illimités et affiner « sa recherche » de profils . Mais chez Friction on est précaires, on est resté.e.s sur la version gratuite et nous sommes déjà conquis.e.s !

 

PS : N’hésitez pas à venir nous liker sur notre Page Facebook ou sur nos profils HER <3

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.