Le courrier de Nadine de Q : « On me sollicite pour des nudes, mais ce n’est pas le moment »

Temps de lecture : 2 minutes

Savoir bien se comporter en tout lieu et en toute circonstance, obéir aux règles de la politesse avant de rouler des pelles, respecter l’hospitalité chez un plan cul, inviter des ami·e·s à une partouze : l’art de vivre est la clé du bonheur et du succès. Face aux nombreuses sollicitations que nous recevons, Friction Magazine a contacté une experte en savoir-vivre : la baronne Nadine de Q répond à vos questions dans cette nouvelle chronique.

Retrouvez les réponses de la baronne ici et n’hésitez pas à nous envoyer vos questions à hey@friction-magazine.fr.

Madame la baronne,

Comme tout un chacun (j’imagine), il m’arrive d’échanger avec des contacts sur différents réseaux des photos dénudés de ma personne. Un garçon avec qui il m’est arrivé de le faire me sollicite régulièrement pour cela… mais je le trouve assez insistant. Je n’ai rien contre le fait de lui envoyer des photos de temps en temps mais je suis assez gêné qu’il m’en réclame de cette manière : je n’ai pas toujours envie au moment où il le demande. Que faire ?

— Charles-Abdel

Bonjour Charles-Abdel,

Les règles de savoir-vivre sont assez claires sur ce point : quand et à qui vous envoyez ce que nous appelons familièrement des nudes est votre prérogative et nul·le ne peut vous forcer à le faire. Je recommande donc tout simplement de lui dire « non » si ce n’est pas le moment. Et : Quand c’est non, c’est non. Si d’aventure cette personne devait insister, je suggère tout simplement de… l’envoyer chier et de trouver un nouveau partenaire épistolaire. Rappelons d’ailleurs la formule consacrée à cette fin : il suffit généralement de poster « send nude » sur votre réseau social favori.

Au demeurant, permettez-moi de remémorer à mes fidèles lectrices et lecteurs les trois règles basiques à suivre lorsque vous êtes l’expéditeur de nudes

  1. Votre interlocuteur ou interlocutrice doit être prévenu·e de ce qu’il ou elle va recevoir.
  2. Il ou elle doit consentir à les recevoir.
  3. Vous devez vous assurer que l’envoi se fait à un moment approprié pour elle ou lui (évitons ainsi les situations gênantes dans les transports ou sur le lieu de travail).

Bien à vous,

N. de Q