Pédé(s)

Temps de lecture : 2 minutes


Pédé(s)

C’est fou la foule de ces gens
Pédé
Qui te préfèrent toujours seul
Pédé
N’ont d’oreilles pour ta parole
Pédé
Que quand tu craches sur les tiens
Pédés !
Ne t’aiment que lorsque tu te hais.

Pédé,
As-tu fait amende honorable,
T’es-tu excusé aujourd’hui  ?
As-tu bien songé, pédé,
       à expier tes pêchés,
              montrer patte blanche,
                       dire tout le dégoût de tes frères
      (si vraiment tu ne peux pas te taire ?)

T’es-tu senti assez coupable, pédé,
                 de respirer
                         de sourire
                                 de baiser
                                        de danser
                                               de penser
                                                       de mourir
                                     d’avoir mal aussi parfois
                         et encore le culot de le dire ?

Pédé, as-tu demandé pardon ?
       As-tu pensé à confesser, pédé,
Les crimes qui pèsent sur tes épaules
                 depuis que tu es un enfant
Tous les coups que tu as reçus
                 dont on ne sait plus trop que faire
Tous ces mots lancés contre toi
                 (autant de couteaux dans ta chair)
Que d’aucuns jalousent en secret.

Tes pleurs ne sont-ils pas obscènes,
Pédé ?
Tes maux fatiguent
Pédé,
Comme tes morts encombrent,
Pédé,
Ton nous n’est rien qu’un jeu suspect.

Pédé
Même ce mot on te le confisque
Pédé
On te dit qu’il ne s’écrit plus
Pédés
Que dans leur bouche pour ta gueule
Pédé !
Mais surtout jamais dans ta voix

Car pédés, nous n’existe pas.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.