5 questions à la Queer Week au sujet de leur sex party

Notre rédactrice Roxane a posé quelques questions à Elsa de la Queer Week en amont de l’organisation de leur sex party, Drama : Soirée Q en non-mixité MeufsGouinesBi.e.sTrans*Inter*, qui aura lieu le 17 mars.

Friction : Hello Elsa, d’abord, pourrais-tu parler de la démarche militante de la QW en général ? À qui s’adresse cet événement et dans quel but ?

Elsa : La Queer Week est un festival se déroulant sur une semaine, du 15 au 23 mars. C’est un festival qui cherche à créer des moments collectifs pour développer, penser et échanger sur les cultures queers. Chaque année, l’équipe du collectif change donc sa démarche politique aussi. Je dirais que cette année, on a essayé de proposer des espaces les plus accessibles possibles, où collectivement on peut s’interroger sur nos communautés queers, leurs pratiques, leurs cadres de lectures et leurs limites.

Et la sex party en particulier ? Dans quelle perspective politique est-elle organisée ?

La soirée s’adresse très largement aux queers, elle est en mixité choisie sans mec cis. On a eu la chance l’année dernière d’avoir accès à un club libertin hétéro et ça nous a éclaté de pouvoir se réapproprier cet espace. C’était hyper symbolique ! En soi, proposer un club pour faire du cul à des communautés queer dont les sexualités et les corps sont sans cesse invisibilisé.e.s ou au contraire, sursexualisé.e.s, c’est militer. Et autant le faire en se faisant du bien !

Peux tu nous parler du déroulement de la soirée et de ce qui y est proposé ?

Le début de la sex party va s’organiser autour de quatre ateliers : un speed dating, un atelier lap dance par Pétrole et une lecture par RER Q. Ensuite c’est des DJ sets avec Misandrade, Lil Sugar et Markus Chaak. On a essayé de penser une sex party qui pourrait accueillir tout type de personnes :  celles qui aiment pratiquer du sexe en club, celle qui aiment voir d’autres personnes faire du sexe en public, celles qui ont juste envie de danser ou d’aller à des ateliers sympas, celles qui ont envie de rentrer de nouveaux.elles ami.e.s… Par exemple, le speed dating a été pensé pour que les personnes venant seules puissent rencontrer du monde sur place. Ça nous tenait beaucoup à cœur de rendre la soirée la plus accessible possible.

Au delà des artistes, est ce qu’il y aura la participation d’autres collectifs ? Pour faire quoi ?

FièrEs tiendra une table de prévention sexuelle et RER Q prépare une lecture spéciale avec l’atelier “DYKE HARD, la sex party dont vous êtes la héros”. On a hâte de voir ça.

Pour finir, quels sont les conseils que tu donnerais à une personne qui y participe pour la première fois ?

Je suis déjà venue en sex party seule et je sais à quel point ça peut être prise de tête d’avoir envie de venir mais d’être freinée par cet “obstacle”. C’est pour ça que cette année on fait un speed dating d’ailleurs. Ce sera organisé par des membres de l’équipe de la Queer Week, qui resteront à disposition dans la soirée pour faire du lien ou discuter. Ce que j’aurais aimé qu’on me dise, c’est peut-être que tout le monde est sûrement dans le même état de fébrilité et d’envie de rencontrer du monde. Il suffit donc d’un rien pour que la magie opère.

INFOS PRATIQUES

Drama : Soirée Q en non-mixité MeufsGouinesBi.e.sTransInter
17 mars 2019
17 quai de l’Oise
18h – 02h
5 € l’entrée + 1 € de vestiaire (le vestiaire est obligatoire)
Boissons à partir de 4,50 €, cocktails entre 10 et 12 €
Plus d’infos et charte de l’événement sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.