The Gay Agenda #3 : nos 3 festivals préf du moment

Temps de lecture : 5 minutes

On n’a pas encore tout à fait accepté que l’été est derrière nous, mais ça tombe bien puisque c’est la fin du monde : il fait 25 degrés fin octobre. Du coup on a décidé de faire comme si c’était encore et toujours la saison des festivals. On en a sélectionné trois : un auquel on est allées, et deux qu’on attend avec impatience !

On était au Whole Festival

Pour commencer on a choisi de vous débriefer le WHOLE United Queer Festival où un petit bout de la team Friction s’est rendue cet été à des fins strictement journalistiques évidemment. Mais comme vous pouvez l’imaginer on a pris notre mission très à cul et c’était du grand-n’importe quoi.

Alors le WHOLE c’est quoi ? On vous en avait parlé vite fait avant les vacances mais pour celles qui ne suivent pas : ce sont tous les gros collectifs de teuf queers de Berlin qui se réunissent le temps d’un long weekend près d’un lac. Cette année ça se passait fin août entre Berlin et Leipzig puisque le festival s’était installé à Ferropolis, une ancienne mine industrielle désaffectée avec des sortes de grues gigantesques partout.

Parmi les orga on retrouve le magazine Pornceptual, les teams complètement déglingays de Buttons, Cocktail d’Amore et de Trashera (qui décidément porte bien son nom), ou les meufs de Discwoman et de notre nouveau crew préféré qui s’appelle Lecken (pour celles qui n’ont pas fait allemand LV2, ça veut dire lécher). Du côté du line-up on a été gâtées puisqu’on a eu la chance de voir Massimiliano Pagliara, Freddy K, Octo Octa, Dana Ruh et Eris Drew.

Alors bon, c’était seulement la 2ème édition du festival et c’est vrai qu’il y a encore des axes d’amélioration, dans le sens où ça pourrait être un poil plus mixte, politique ou spirituel. Mais quand même, il faut imaginer 1500 queers berlinois trois jours ensemble au bord d’un lac, forcément ça part vite en grosse orgie et c’était tellement beau à voir qu’on a carrément oublié de dormir.

Certaines se baignaient à poil ou faisaient du canoë sous acide pendant que d’autres voguaient au bord de l’eau. Des copines se sont mariés à 4 au coucher du soleil. On a vu une très belle performance dédiée à la déesse Clitzilla de la part d’un collectif qui s‘appelle VULVAE.

Et la palme du moment le plus magique revient à Octo Octa pour son live au bord de l’eau. Elle nous a notamment remixé la fin du discours de Sylvia Rivera “you better quiet down” en mode gabber. On a d’abord cru que le GHB nous jouait des tours mais non, Octo Octa elle-même nous l’a confirmé depuis sur Twitter.

On ira aussi au SNAP, Sex Workers Arts Politics & Narratives

Un autre événement auquel on va aller c’est le SNAP Festival. SNAP ça veut dire Sex Workers Narratives Arts & Politics, en gros, les représentations artistiques du travail du sexe par et pour des travailleurs du sexe. On a peur de vous balancer une fake news mais il semble que c’est la première fois qu’un événement de ce genre aura lieu en France.

Comme le dit le communiqué : “Le festival proposera des films, tables rondes, performances et happenings créés ou co-créés par des travailleuses du sexe, invitant les escorts, prostitués, dominas, animateurs de webcam ou performeuses porno à exposer un Art Pute exigeant et radical, Des visions critiques, politiques et artistiques au prisme des vies dissidentes des minoritaires : les queers, les féministes, les Trans, les migrant·es, les drogué·es, les handis, les indécent·es. Sex workers speak, get used to it.”

Donc si vous aussi vous voulez savoir ce que c’est que l’Art Pute, vous pouvez mater notre nouvelle vidéo ou venir au Point Ephémère du 2 au 4 novembre.

Facecam – Maia Izzo-Foulquier : L'Art Pute

[FACECAM]En attendant le Festival SNAP, Maia Izzo-Foulquier aka Zelda Weinen Corporation t'explique ce qu'est l'Art Pute ✊

Publiée par Friction Magazine sur Lundi 22 octobre 2018

Et en novembre, on s’intéressera aux règles avec le festival Sang Rancune

On vous avait parlé du projet CYCLIQUE, la plateforme collaborative spécialisée sur le cycle menstruel qui avait été lancée un an après Clean Your Cup, un mouvement de référencement des lieux cupsafe.

CYCLIQUE a pour mission de partager, éduquer et offrir de l’information sur les règles, la santé intime et la sexualité. Dans cet optique la team organise un festival le 10 novembre prochain au Point Ephémère, l’entrée est libre mais vous pouvez réserver votre place sur les internets.

Le festival a pour objectif de déconstruire les tabous liés aux règles, dans le cadre d’un événement, tant militant qu’artistique et festif. Le but est de sensibiliser les festivaliers et festivalières aux enjeux écologiques, économiques, sociétaux et de santé liés aux règles, le tout marrainé par Elise Thiébaut, l’autrice de Ceci est mon sang et Les règles… Quelle aventure !

Au programme : des tables-rondes, des ateliers, des VJ et DJ set, mais aussi du flash tattoo, une tombola menstruelle, une collecte de protections périodiques, une cabine d’écoute “Premières Règles”. On y sera et on soutient de ouf ! Ca va saigner.

Toute l’émission par ici :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.